Congo-Kinshasa: Au moins 890 morts à Yumbi en décembre, selon l'ONU

Photo: OIT/M. Creuset
La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet.

Au moins 890 personnes ont été tuées entre le 16 et le 18 décembre dans quatre villages du territoire de Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, à plus de 300 km au nord de Kinshasa, rapporte dans un communiqué le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

Ce bilan provient de ce qui « semble avoir été des affrontements entre les communautés Banunu et Batende », peut-on lire dans le communiqué.

L'ONU a pu faire ce décompte, notamment en dénombrant le nombre de personnes enterrées suite à ces affrontements entre les communautés Banunu et Batende dans la province du Mai-Ndombe qui ont eu lieu à la veille des élections du 30 décembre.

Mais ce chiffre pourrait être bien plus élevé, selon Ravina Shamdasani, porte-parole du Bureau des droits de l'homme de l'ONU qui appelle aussi à ce que les responsables de ce massacre soient poursuivis.

Selon les informations que nous avons reçues, le nombre est beaucoup plus élevé parce qu'il y aurait peut-être des corps qui ont été jetés dans le fleuve ou bien les personnes qui ont été tuées dans les maisons qui ont été incendiées aussi.

Ce qui est très important, ce qui est crucial, c'est que toute cette violence fasse l'objet d'une enquête approfondie et rapide et que ses auteurs soient traduits en justice.

Comme vous le savez, il y a pas mal de cas d'affrontements entre communautés, mais pour éviter de nouveaux épisodes de troubles intercommunautaires et pour faire face à la colère et au sentiment d'injustice qui pourraient conduire à des cycles répétés de violence, c'est très important qu'il y ait de la justice pour les victimes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.