Cameroun: Lutte contre la corruption - Le pays et le Nigeria ensemble

Une délégation de la Commission nigériane contre les délits économiques et financiers a eu une visite de travail hier avec les responsables de cette institution.

La corruption n'a pas de frontière. Du moins, ses adeptes ne connaissant pas les limites géographiques entre les Etats. L'argent circule donc et est investi sur différents territoires. Une pratique à laquelle s'attaquent les institutions en charge de la lutte contre la corruption. De ce fait, le Nigeria prend ce problème à bras le corps et espère y remédier avec le Cameroun à ses côtés. C'est ce qui justifie la visite d'une délégation de la Commission nigériane contre les délits économiques et financiers hier à la Commission nationale anti-corruption (Conac) à Yaoundé. La délégation conduite par Mohammed Umar Abba, directeur des opérations, s'est entretenue avec le président de la Conac, le révérend Dr Dieudonné Massi Gams, avant d'avoir une séance de travail plus détaillé et intense avec les responsables de cette institution.

A en croire le chef de la délégation nigériane, plusieurs ressortissants nigérians sont auteurs de forfaits économiques et très souvent, essaient d'échapper aux mailles de la justice et de leur commission en investissant dans plusieurs pays. Cinq pays ont ainsi été identifiés comme leur lieu privilégié de passage ou d'investissement : le Cameroun, le Ghana, le Maroc, la Tunisie et l'Afrique du Sud. Cette agence nigériane chargée de mener des investigations sur des délits financiers comme la fraude et le blanchiment d'argent, souhaite la collaboration du Cameroun pour mener à bien son travail. Et la collaboration serait réciproque, à en croire le président de la Conac.

Côté Cameroun avec la Conac, il s'agira principalement de fournir des données à l'EFCC du Nigeria afin de mettre la main sur ces « suspects » qui réussissent à se faire établir plusieurs passeports internationaux. Une rencontre par ailleurs saluée par Dieudonné Massi Gams. « Il y a des défis à relever, d'autant plus que les corrupteurs circulent entre les pays africains et font des transferts d'argent énormes. Sommes d'argent qui hypothèquent le développement des pays africains. Des échanges comme ceux-ci sont très importants et nous apprécions à sa juste valeur cette coopération », a-t-il dit. En 2017, une délégation de la Conac s'était déjà rendue au Nigeria pour observer les bonnes pratiques et méthodes de cette commission créée en 2003, et envisager de la mise en œuvre de leurs techniques d'investigation au Cameroun.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.