Congo-Kinshasa: L'UA émet des doutes sur le résultat des élections

Photo: Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Félix Tshisekedi au siège de son parti UDPS
17 Janvier 2019

Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat a reconnu que des "doutes sérieux" pesaient sur les résultats provisoires de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018.

À l'ouverture de cette réunion de haut niveau convoquée par le président rwandais Paul Kagame, par ailleurs président en exercice de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat a adopté un ton plus ferme, depuis la tenue des élections générales du 30 décembre 2018 en RDC.

"Pour parler franchement, de sérieux doutes sur la conformité des résultats proclamés persistent", a-t-il lancé devant les Chefs d'État d'Afrique du Sud, de Zambie, de Namibie, d'Ouganda, du Rwanda, du Congo, de Guinée, d'Éthiopie et du Tchad.

Pour le président de la commission de l'Union africaine, "même si jusqu'ici la situation sur le terrain reste fort heureusement globalement calme, il n'en reste pas moins qu'elle demeure hautement préoccupante."

Toutefois, le journaliste et analyste politique Louis Keumayou se veut plutôt prudent quant aux réelles intentions de l'UA et de la SADC. Selon lui, "ces deux organisations régionales (ndlr, SADC et UA) par principe de subsidiarité sont en train de jouer la carte de la real politik. Et la real politik, c'est un moindre mal d'avoir une transition avec Joseph Kabila qui n'est plus au pouvoir et un opposant qui prend le relai. Si cela peut garantir la paix et la stabilité, ces deux organisations vont acheter immédiatement", a expliqué le journaliste dans une interview avec la DW.

Parmi les participants à cette réunion d'Addis Abeba, il y a les présidents sud-africain Cyril Ramaphosa, angolais Joao Lourenço, namibien Hage Geingob et zambien Edgar Lungu de même que le ministre tanzanien des Affaires étrangères Augustine Mahiga et l'ambassadeur zimbabwéen en RDC Raphael Faranisi.

Louis Keumayou pense aussi que "ces pays ont énormément pesé pour qu'il y ait une transition. Ce serait difficile aujourd'hui qu'ils boudent leur plaisir de constater qu'il y a effectivement une transition puisque Kabila est parti. Son dauphin n'a pas gagné. Et c'est un opposant qui vient au pouvoir. Car il y a une situation de fait aujourd'hui : il y a une transition. Elle est peut-être contestée, mais, elle est là. À la différence de plusieurs pays comme le Cameroun, ou le Congo-Brazzaville où il n'y a pas eu de transition."

Le rétropédalage de la SADC

La Communauté de développement d'Afrique australe pour sa part, s'est contentée d'appeler dans un communiqué les acteurs politiques congolais "à obtenir des réponses à leurs doléances électorales et dans le respect de la Constitution".

Pourtant, cette organisation (SADC) avait admis quelques jours plus tôt qu'il vallait la peine d'un "recomptage des voix", confortant une demande en ce sens de l'opposition conduite par le candidat Martin Fayulu de la coialition Lamuka.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.