Congo-Brazzaville: Spéculation dans les opérations de change - La BCC remet la pendule à l'heure

L'institut d'emission prend, de ce fait, une mesure visant à éviter la spéculation constatée sur le terrain ainsi que la volatilité sur le marché des changes.

Dans un communiqué publié le 15 janvier, le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Déogratias Mutombo, note que les opérateurs du marché ne peuvent, dans le cadre de leurs transactions d'achat et vente des dévises contre le franc congolais, appliquer un taux vendeur excédant 2,5% du taux acheteur.

Le gouverneur de l'institut d'émission, qui attire l'attention du public et de la confédération des cambistes manuels du Congo, souligne que cette mesure vise à éviter la spéculation et la volatilité sur le marché des changes et ne porterait pas préjudice aux dispositions du décret loi n°0004 du 31 janvier 2001 relatif au regime des opérations en monnaie nationale et étrangères en République démocratique du Congo. Cette mesure ne remettrait nullement en cause, à l'en croire, l'option libérale de l'économie nationale, les taux de change étant déterminés par l'offre et la demande sur le marché.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.