Congo-Brazzaville: Sitôt ouvert, le procès de l'opposant Okombi Salissa a été renvoyé

Au Congo-Brazzaville, le procès d'André Okombi Salissa s'est ouvert ce jeudi. Candidat malheureux à la présidentielle de 2016, dont il n'a jamais reconnu les résultats, arrêté début 2017 et accusé d'atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat, détention illégale d'armes et munitions de guerre, l'opposant s'est retrouvé devant la chambre criminelle de la Cour d'appel de Brazzaville qui a ajourné aussitôt l'audience et l'a renvoyée au 31 janvier pour des raisons qui agacent la défense.

Jeudi, le dispositif sécuritaire a été fortement renforcé dans dans le périmètre du tribunal. Le prévenu André Okombi Salissa est resté souriant dans la salle d'audience, vêtu d'une chemise verte à rayures noires, des lunettes claires sur le visage. Cette première audience a duré 22 minutes seulement.

Le tribunal a accédé à la demande du ministère public de l'ajourner et de la renvoyer pour des « raisons d'Etat » sans donner plus de détails.

Me Yvon Eric Ibouanga, avocat de la défense a dénoncé cette attitude du ministère public qui est l'accusateur : « C'est l'accusation qui fixe la date de l'audience. Advenue l'audience, elle dit ne pas être prête.

C'est surprenant. Donc, nous demandons simplement la célérité dans le traitement de ce dossier pour que monsieur André Okombi Salissa soit lavé dans son honneur et qu'il recouvre l'entièreté de sa liberté ».

Candidat malheureux au scrutin présidentiel de 2016, l'ancien ministre André Okombi Salissa est jugé huit mois après un autre candidat malheureux à cette élection: le général Jean-Marie Michel Mokoko a lui été condamné en mai 2018 à vingt ans d'emprisonnement ferme également pour atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.