Cote d'Ivoire: 26ème édition du FESPACO - Un seul film ivoirien en lice pour l'Etalon d'Or de Yennenga

18 Janvier 2019

La fin d'une longue et stressante attente pour les postulants ! Le comité d'organisation de la 26ème édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui se tiendra du 23 février au 3 mars 2019, vient de dévoiler la liste des films retenus pour la compétition long métrage, la plus prestigieuse du Fespaco.

Au total, 20 films ont été sélectionnés dont trois du Burkina Faso et deux respectivement d'Afrique du Sud, et de la Tunisie.

L'Algérie, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, le Ghana, le Kenya, le Mali, le Maroc, le Mozambique, le Nigeria, le Rwanda, le Soudan et la Tanzanie ne sont représentés que par un seul film.

S'il y a deux ans, les couleurs ivoiriennes étaient défendues par deux films (« L'interprète » de Kadhy Touré et « Innocent malgré tout » de Kouamé Jean De Dieu Konan et Kouamé Mathurin Samuel Codjovi ), en revanche cette année, c'est seulement sur les épaules du long métrage «Résolution » de Boris Oué et Marcel Sagne que reposeront les espoirs de la Côte d'Ivoire de remporter, à nouveau, l'Etalon d'or de Yennenga, distinction suprême du Fespaco.

Un trophée que la Côte d'Ivoire n'a plus remporté depuis... 1993, le sacre de Roger Gnoan M'bala avec « Au nom du Christ ».

Soit une éternité ! Dans cette sélection, on note la présence de réalisateurs confirmés comme le Camerounais Jean-Pierre Bekolo avec son dernier long métrage « Miraculous Weapons (Les armes miraculeuses) » ou encore la jeune et prometteuse cinéaste burkinabé Apolline Traoré avec son film «Desrances», tourné en grande partie en Côte d'Ivoire.

Lauréat en 2013 et 2017, avec « Tey ( Aujourd'hui) » et « Félicité », deux films réalisés par Alain Gomis, le Sénégal est étonnamment le grand absent de la course à l'Etalon d'Or de Yennenga du Fespaco 2019, qui a pour thème : «Mémoire et avenir des cinémas africains».

La sélection des autres catégories de la compétition officielle ( courts métrages, documentaires, films des écoles africaines de cinéma et de l'audiovisuel, séries TV, films d'animation) sera connue dans les prochains jours.

Ce 26ème Fespaco, qui marque le centenaire de l'événement, sera meublé par une kyrielle d'activités entre autres la projection des films en compétition et hors compétition ( dont les classiques des cinémas d'Afrique et de la diaspora, les films emblématiques des 50 dernières années, une rétrospective des films ayant remporté l'Etalon d'or de Yennenga) ; le 19ème Mica ( Marché international du cinéma et de la télévision) ; le colloque qui suscitera la réflexion du 25 au 26 février 2019 sur le thème «Confronter notre mémoire et forger l'avenir d'un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité» et regroupera des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel, des professionnels des médias, des chercheurs, des hommes de lettres, des autorités politiques, des étudiants, etc.

Ce n'est pas tout, car il y aura également, la présentation du livre collectif sur le cinquantenaire du Fespaco (1969-2019) ; l'exposition photos et archives...

Quinze ministres africains en charge du cinéma et de l'audiovisuel ; 90 représentants de festivals à travers le monde ; 2500 professionnels des médias ; et 20 structures nationales des cinématographies d'Afrique et de la diaspora y sont attendus.

La Côte d'Ivoire sera présente dans la capitale burkinabé avec une forte délégation conduite par le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.