Cameroun: Valorisation du bambou - En quête de l'expertise internationale

Les petits exploitants de cette ressource sont réunis depuis hier à Yaoundé afin d'échanger sur les techniques pour une meilleure utilisation et plus de rentabilité.

Le bambou est sans doute un des matériaux d'avenir. La Chine y croit depuis des lustres. Et certains pays d'Afrique aussi, depuis quelques années. Le Cameroun envisage de faire bénéficier des bienfaits de cette matière première au maximum d'exploitants nationaux. C'est un des objectifs de la rencontre à laquelle ils prennent part depuis hier à Yaoundé. Il s'agit du lancement du programme interafricain pour l'amélioration des moyens de subsistance des petits exploitants de bambou.

En ouvrant les travaux, Jules Doret Ndongo, ministre des Forêts et de la Faune, en a rappelé l'objectif phare : améliorer les revenus, les moyens de subsistance et les capacités d'adaptation aux changements climatiques des petits exploitants agricoles, des femmes et des jeunes, en augmentant leur participation aux chaînes de valeur du bambou. Le programme qui a réuni autour de la table des représentants de l'Organisation internationale du bambou et du rotin et quelques exploitants de bambou, vise ainsi à augmenter et diversifier les chaînes de valeur du bambou dans les pays cibles tout en assurant la promotion de l'industrialisation de cette ressource ; restaurer les écosystèmes et les terres dégradées ; intégrer le bambou dans les plans de développement des pays, en vue de lutter contre les changements climatiques ; et enfin, de renforcer la coopération sud-sud en Afrique et entre l'Afrique et la Chine. « Au Cameroun, la matière première est abondante dans le Centre, le Sud, le Littoral, l'Est et le Sud-Ouest. Les exploitants sont connus et identifiés. Il est question maintenant de mettre en place un fichier qui permettra de les regrouper. Maintenant que le siège sous-régional de Inbar est à Yaoundé, la coopération va s'intensifier et nous avons la ferme intention de tirer profit de ces rapports particuliers », a expliqué le Minfof.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.