Sénégal: Des universités françaises rejettent la hausse des frais d'inscription des étrangers

Dakar — Sept universités publiques françaises ont fait part de leur refus d'appliquer la mesure de hausse sur les frais d'inscription des étudiants étrangers non ressortissants des pays de l'Union européenne, a rapporté vendredi le journal français, Libération.

"Sept universités ont annoncé, cette semaine, leur refus d'augmenter les frais d'inscription pour les étrangers prévue dans le plan +Bienvenue en France+. Elles rejoignent ainsi l'Université Paris-Nanterre qui a clarifié sa position dans un communiqué datant du 12 décembre dernier", a indiqué le quotidien sur son site consulté à l'APS.

"La forte hausse annoncée à l'automne par le gouvernement a fait réagir officiellement pour l'instant les universités Clermont-Auvergne, Aix-Marseille, Toulouse Jean-Jaurès, Lyon-II, Nanterre, Rennes-II et Angers", a détaillé la publication.

Selon le journal, ces universités font bloc contre le coût d'une inscription en licence qui passera de 170 € (46 000 francs Cfa) par an à 2 770 € (1800000 FCA) et en master (ou doctorat) de 243 € (160000FCFA) à 3 770 € (2473000 FCFA) pour les étudiants non communautaires.

Le Sénégal compte parmi les principaux pays pourvoyeurs d'étudiants dans les universités et instituts publics français. Leurs représentants s'étaient notamment élevés contre cette mesure annoncée en novembre dernier par le gouvernement français.

"Nous demandons un retrait de la hausse des frais d'inscription et la mise en place d'une réflexion collective sur l'accueil des étudiants étrangers", a ainsi déclaré à Libération, Nadia Dupont, chargée de mission formation à l'université Rennes-II.

"Au-delà des questions de fond (attractivité de nos universités, accueil des étudiants), ce qui pose problème avec le plan "Bienvenue en France", c'est la méthode et le calendrier", fait savoir de son côté Mathias Bernard, président de l'université Clermont-Auvergne.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.