19 Janvier 2019

Afrique: Ligue des Champions - Ismaily d'Egypte pourrait être disqualifié

Le Club Africain s'est imposé face à Ismaïly, vendredi dans une ambiance électrique lors de la 2eme journée du groupe C de la Ligue des Champions.

En déplacement, le Club Africain a décroché une victoire extrêmement précieuse face à l'Ismaily SC d' Egypte, sur le score de 2-1. Les Clubsites ont pu reverser la donne par le biais de deux penalties, signées Ghazi Ayadi, même si le match a été arrêté à la 84ème minute de jeu, suite à des actes de violence.

Emaillée d'incidents de tribunes par la suite, la partie était interrompue à cinq minutes du terme suite à des jets de pierres et de bouteilles. De très longues minutes durant, l'arbitre Alioum Néant semblait hésiter à arrêter définitivement la rencontre. Une demi-heure plus tard, le Camerounais donnait enfin le coup de sifflet final, sur la victoire du Club Africain (1-2). Battu pour la deuxième fois en autant de rencontres, Ismaïly s'expose à de lourdes sanctions disciplinaires de la CAF.

La Confédération Africaine de Football devrait prendre une décision à propos du match arrêté entre Al Ismaily et le Club Africain, dans les prochains jours. Le rapport de l'arbitre de la rencontre, Alioum Néant, sera déterminant. Selon les règlements de la CAF, si la rencontre est interrompue à cause d'une agression contre l'équipe visiteuse, l'équipe hôte sera disqualifiée de la compétition. Dans ce cas, tous les résultats des matchs de l'équipe égyptienne seront annulés et la qualification se jouera entre les trois autres clubs.

Afrique

Les jeunes entrepreneurs appelés à travailler en réseau pour surmonter les obstacles financiers

Les jeunes entrepreneurs africains sont priés de travailler en réseau pour surmonter les obstacles… Plus »

Copyright © 2019 Africa Top Sports. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.