Cote d'Ivoire: Musique - Dj Kerozen, chantre des temps nouveaux

19 Janvier 2019

Il a été baptisé par ses pairs, "l'Artiste du moment". Et il porte bien ce surnom dans le paysage du Coupé-décalé ivoirien.

Son premier grand concert live, le 24 novembre 2018, à la salle Anoumabo du Palais de la culture de reichville, a confirmé tout le bien qu'on pense de lui. Devant plus de 4000 spectateurs, Dj Kerozen a éclaboussé de toute sa classe et son talent cette salle mythique qui n'est pas donnée à tous les artistes.

Nominé aux Awards du Coupé-décalé en 2016, vainqueur des "héros 225" en 2016, nominé aux "AP Music Awards", vainqueur de la catégorie musique du Prix 35/35 de l'Oif 2017, chanson de l'année 2017 aux Awards du Coupé-décalé avec son titre "Le temps", Meilleure chanson et meilleur artiste masculin aux "Africa Awards Music", nominé dans la catégorie "Meilleur artiste de l'Afrique de l'ouest" au Kundé d'or 2018, plusieurs tournées européennes et africaines. On peut le dire, l'enfant de Yopougon Siporex est aujourd'hui une véritable célébrité de la musique ivoirienne et africaine.

« Le bilan est super positif. Dieu fait vraiment grâce. Beaucoup de portes m'ont été ouvertes. Je ne peux que dire merci à Dieu. J'en profite aussi pour exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui ont été source de bénédictions pour moi », confie l'artiste. C'est au plus fort de la déception qu'il fait la rencontre de la belle Emma Dobré. Galvanisé par cette dernière qui lui redonne confiance et décide de le produire, il renaît de ses cendres comme le phoenix.

Et sonne son heure avec "Mon heure a sonné" en 2016. Et depuis, Dj Kerozen enchaîne les tubes : "Le temps", "Marie Jo", "Ça y est dans ta main" en featuring avec Serge Beynaud et, enfin, "La victoire". Contrairement aux autres artistes du mouvement Coupé-décalé, Dj Kerozen véhicule un message. Ces textes chargés d'espoir, d'amour et de persévérance dans la vie font de lui un chantre des temps nouveaux pour toute une génération en manque de repères qui trouve dans ses chansons un refuge face aux dures réalités de la vie. Faut-il le noter, la carrière de Dj Kerozen débute en 2004, à la faveur de la montée en puissance du Coupé-décalé. Cette année-là, Yobo Constant Joël abandonne les études (il était en classe de terminale) et devient, par la force des choses, disc-jockey. Il prend alors le pseudonyme de Dj Kerozen.

Dès lors, "Le titré", un maquis dans son quartier d'enfance à Yopougon Siporex, la "Champion's League", le "Ministère de la Joie", deux maquis réputés de l'ex-célèbre Rue Princesse de Yopougon, marquent une nouvelle étape dans sa vie. C'est d'ailleurs dans ce dernier temple de la joie que la carrière du jeune Yobo Constant Joël démarre. Un soir, alors qu'il y était en plein "Atalaku", Zéphyr Conor, son binôme aux platines et lui sont découverts par l'arrangeur David tayorault. Celui-ci propose à Maman Reine Grâce de Souza (propriétaire du Ministère de la Joie) de les produire. Ce que la patronne de ces deux disc-jockeys accepte volontiers. Ainsi naît le groupe "Boulevard Dj" qui, dans la foulée, sort le tube "La danse de la moto". C'était en 2005. Le groupe et la chanson rencontrent un succès phénoménal auprès des mélomanes ivoiriens, dépassent les frontières éburnéennes et caracolent au sommet des hits de cette époque. Leur succès les fait voyager jusqu'au Brésil. À la faveur d'une tournée européenne, Kerozen Dj s'installe en Suisse. Sa décision met ainsi fin au groupe « Boulevard Dj ».

En Suisse où il vécut de 2005 à 2008, c'est la traversée du désert. Après quelques années d'impasse, il prend la sage résolution de revenir en Côte d'Ivoire où tout avait bien débuté pour lui. Et cela lui réussit bien. « Il m'arrive des fois où je me pose de nombreuses questions. Je me demande intérieurement ceci : "C'est moi Kerozen qui, il y a quelques années, errait dans les rues de Genève ? Sincèrement, je ne peux que rendre gloire à Dieu », dit-il reconnaissant. Un Dieu qui a fait de lui l'un des artistes les plus adulés de sa génération.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.