Libye: Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles

NEW YORK L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a mis en garde vendredi contre les fauteurs de troubles qui risquent de saborder le processus politique menée par l'ONU, appelant au soutien de la communauté internationale pour y faire face.

S'exprimant par visioconférence lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur la Libye, Salamé a déclaré que ces détracteurs sont en mesure d'annuler les progrès accomplis dans le sens de la réconciliation nationale.

L'émissaire onusien a indiqué qu'il était " essentiel " pour la communauté internationale d'envoyer " des messages clairs " à ces fauteurs de troubles qui risquent de retarder la réconciliation en Libye de plusieurs années" encore.

Dans le contexte politique actuel, les progrès réalisés pour mettre fin au statut quo sont " fragiles et réversibles", les saboteurs "trouveront les moyens de les contourner ", a-t-il averti dans son intervention au Conseil de sécurité.

Citant l'exemple des récents combats entre milices rivales à Tripoli, le chef de la mission d'appui des Nations-Unies en Libye (Manul), a soutenu que ces acteurs choisiront " la violence plutot que la politique ".

Salamé a ajouté que la Manul maintenait la tenue de la conférence nationale pour début 2019 en vue de mettre fin à la phase de transition politique en Libye.

La conférence sera l'occasion pour le peuple libyen de définir sa vision de l'avenir et de donner l'élan nécessaire aux institutions de l'Accord politique libyen pour qu'elles fassent avancer le processus politique.

Dans son rapport sur l'évolution de la situation en Libye, présenté vendredi au Conseil de sécurité, le SG de l'ONU, Antonio Guterres, a "encouragé vivement" la classe politique libyenne et les institutions en place à tirer parti de la conférence pour adopter des projets de loi en vue des élections.

L'ONU a promis de soutenir les préparatifs techniques afin de faciliter le bon déroulement de ces élections, en lancant un appel à toutes les parties en Libye à honorer leurs engagements pour veiller à ce que les bonnes conditions soient mises en place.

Le chef de l'ONU a insisté sur le respect des engagements pris par les parties concernant le cessez-le-feu afin de prévenir une nouvelle escalade de violence dans la capitale, Sur le plan humanitaire, l'organisation onusienne demeure préoccupée par

la situation qui prévaut en Libye. Les migrants et les réfugiés sont restés exposés à la détention arbitraire, à la torture et au meurtre, selon le rapport.

L'ONU recense 5.300 refugiés et migrants qui sont détenus en Libye, dont 3.700 ont besoin d'une protection internationale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.