Tunisie: L'art sillonne le pays

19 Janvier 2019

L'objectif de base est de cibler des jeunes rongés par la corruption, le chômage et de nombreux déboires et qui tiennent à vivre de leur art dans leur région. Selon les initiateurs, c'est faux d'affirmer qu'il n'y a que des jeunes qui veulent partir d'ici, il y a celles et ceux qui veulent rester malgré les aléas socioéconomiques de la Tunisie. « Aller-retour » tient à réinvestir des lieux voués à la culture initialement et de céder par la suite le flambeau aux jeunes de la région.

Faire de ces régions un berceau de l'art

La vision est de faire de ces régions un pôle artistique qui aurait la même portée, la même influence et qui serait tout aussi vif, et attractif qu'un autre situé du côté de la capitale ou sur une zone côtière. Voir naître des espaces pour l'art, oui, mais voir naître aussi des métiers de l'art afin de réduire le taux de chômage. Le projet est une aubaine également pour les formateurs et producteurs de renommée convaincus par la nécessité et l'impact d'un tel projet : Nawel Skandrani, Habib Belhédi, Lassaâd Ben Abdallah, Wafa Taboubi ou encore le jeune Achraf Ben Hadj Mbarek tiennent à sa concrétisation en appuyant leur formation et en présentant leurs œuvres à succès : «Ré-existence », «Au suivant », «Caprice» ou «Les veuves» sont et seront encore présentées dans quelques régions. Master class, concerts musicaux, cirques, danses, etc. ont donné un coup de fraîcheur aux maisons de jeunes. Tous les acteurs participant à ce mouvement artistique d'ampleur ont la conviction que tout acteur culturel doit être productif dans sa région pour arriver à sceller le schisme qui sépare la capitale et quelques régions privilégiées des autres régions de l'intérieur aux capacités artistiques toujours inexploitées.

Trois régions ont d'ores et déjà été visitées : Dguech (Tozeur), El Krib (Siliana) et Bousalem (Jendouba) : le résultat est à la hauteur. Le challenge est maintenu : d'autres régions sont à visiter, à commencer par Djerissa, située aux environs du Kef. Des spectacles multidisciplinaires sont au programme et seront adaptés aux espaces déjà existants. Le producteur Habib Belhedi et la chorégraphe Nawel Skandrani, présents lors d'un point de presse, ne cachent pas leur enthousiasme et leur détermination à aller jusqu'au bout de cette démocratisation en cours de la culture aux quatre coins du pays. Des interventions d'artistes comme Mariem Sayah (Au suivant), ou Mouhieddine Ghazouani (Ré-existence) ont attesté de la réussite de ce défi : ils ont partagé leur expérience «jusqu'à maintenant réussie» et qui reste tout aussi enrichissante sur le plan personnel, social et humain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.