Madagascar: Cérémonie d'investiture du nouveau président en grande pompe

Ntsay Christian, nouveau Premier ministre

A Madagascar, Andry Rajoelina, président élu le 8 janvier, a prêté serment dans la matinée de ce samedi 19 janvier dans le grand stade de la capitale, devant une foule de près de 40 000 personnes. Trente-cinq pays et organisations internationales étaient présents pour l'occasion. Parmi eux, six chefs d'Etat africains (Guinée, Ghana, Zambie, Namibie, Comores, Ethiopie), et de très nombreux capitaines d'industries et de multinationales. Très remarquée aussi, la présence de l'ancien président français, Nicolas Sarkozy.

Pieds nus, le visage grimé d'orange - la couleur du parti du nouveau président - portant son enfant dans le dos et dans les bras, Sarah tente de se faire une place sur la pelouse du stade. Elle est arrivée cette nuit, après 24 heures de trajet, fatiguée mais heureuse.

« Je viens du sud de Madagascar. Je suis venue avec mes trois enfants, en taxi brousse. Je voulais voir Andry Rajoelina. J'ai voté pour lui, pour changer notre vie ! », espère-t-elle.

Passation pacifique

A la tribune, Andry Rajoelina reçoit les insignes officiels qui font de lui le nouveau chef de l'Etat. Puis au micro, sous l'œil de ses trois prédécesseurs - tous adversaires à cette élection présidentielle - il rappelle non sans fierté que pour la première fois de l'histoire du pays, les Malgaches viennent de vivre une alternance démocratique et une passation pacifique entre deux présidents élus.

« Comme un bateau à voile, le peuple malagasy vacille. Tangue. Mais jamais il ne sombre. Je serai un capitaine digne de leur confiance. Je vous conduirai à bon port, le port du développement, le port de la croissance, le port de l'émergence et le port de la réussite », a ajouté le nouveau président Andry Rajoelina.

Rattraper le retard en cinq ans

Le nouveau président s'est fixé de rattraper le retard de développement de l'île, en cinq ans. Pour ce faire, il a promis, à nouveau, de combattre la corruption et veiller à l'orthodoxie financière dans les administrations.

« Mon surnom est TGV » a-t-il rappelé.

Andry Rajoelina veut aller vite. Il se murmure qu'il devrait annoncer le nom de son nouveau Premier ministre en fin d'après-midi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.