Cote d'Ivoire: Jacob Édiémou (Christianisme céleste) - " Ouattara a encore droit à un mandat "

19 Janvier 2019
interview

Le chef de l'Eglise du Christianisme céleste en Côte d'Ivoire et président du Forum des confessions religieuses se prononce sur l'élection présidentielle de 2020.

Nous venons d'entrer en 2019, à un peu moins de deux ans de la présidentielle d'octobre 2020. Des tensions et des craintes sont déjà perceptibles de part et d'autre. En tant que guide religieux, qu'est-ce que cela vous inspire ?

Pour paraphraser le Chef de l'Etat qui l'a dit récemment dans son message de fin d'année, "il n'y aura rien. Ne nous faisons plus peur. Tout va bien se passer". Si on suit le plan de Dieu, on n'a pas à s'inquiéter. Et ne vous inquiétez de rien. Je disais récemment à vos confrères d'une radio que Dieu est corps et esprit. Pour la Côte d'Ivoire, il est corps par le Président de la République. Aujourd'hui, c'est le Président Alassane Ouattara. Hier, c'était Nanan Houphouët-Boigny. Dieu est esprit par les guides religieux. Et donc pour compléter ce que le Président a dit, je dirai : « Il n'y aura rien si Dieu le veut ». Nous devons cependant demeurer dans la prière et prier sans cesse.

Que pensez-vous de la rupture du Pdci-Rda avec ses alliés du Rhdp ?

Je suis religieux. Je n'étais pas au début de cette alliance et je ne sais pas ce qui a été conclu. Mais je pense que chacune des parties doit tenir parole. Celui qui ne le fait pas, ce n'est pas bien.

L'an dernier, vous avez dit que pour la paix et la stabilité en Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara doit faire un troisième mandat. Est-ce que vous maintenez toujours cette affirmation ? µ

Je l'ai dit. C'était une révélation. Lorsque je le disais, il n'y avait pas d'incompréhension au sein du Rhdp. Il y avait plutôt l'union. Dieu m'ayant révélé qu'il y aura des incompréhensions, j'ai dit aux uns et aux autres qu'il faut confier un troisième mandat à Ouattara et qu'ensemble on trouve les moyens de maintenir la Côte d'Ivoire dans la paix.

Ses adversaires disent que le Président Ouattara a achevé ses deux mandats constitutionnels et qu'il doit quitter le pouvoir...

La Côte d'Ivoire a connu son premier coup d'Etat en 1999. En 2000, il y a eu un référendum, une constitution a été votée. Il y a eu un débat sur le «et» et le «ou». On a dit qu'Alassane Ouattara n'allait jamais être Président de la République. Jusqu'en 2010, il a été élu et il dirige désormais le pays. Il avait dit que s'il gagnait, il allait changer la constitution pour garantir la paix. Lorsqu'il a été élu, il l'a fait. La constitution de 2000 est désormais caduque. Les choses anciennes sont passées. La nouvelle constitution de 2016 autorise deux mandats présidentiels. Ouattara a donc encore droit à deux mandats. C'est dans cet esprit que j'ai proposé qu'il fasse le mandat 2020-2025 au nom de la paix et que pour le suivant, il prépare mieux son successeur. On doit discuter avec lui pour le convaincre de le faire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.