Cote d'Ivoire: « Ce qui se passe à la Haye est normal » - Gnepo Léopold, frère aîné de Blé Goudé

interview

Suite aux derniers développement dans le procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé à la Cour pénale international (CPI), à La Haye, l'IA a donné la parole à Gnepo Dédi Léopold, le frère aîné de Charles Blé Goudé.

Quel commentaire faites-vous de la tournure que prend ce procès à la CPI ?

C'est vrai qu'avant vous, des journalistes sont passés me voir. Je leur ai répondu que je n'avais rien à dire. Maintenant que j'ai échangé au téléphone avec Charles (Charles Blé Goudé : Ndlr), je crois que je peux à présent parler parce que lui-même, il nous a expliqué un certain nombre de chose.

Vos derniers échanges téléphoniques datent de quand ?

C'était le mercredi matin (16 janvier 2019 : Ndlr), à 7 heures.

Que pensez-vous donc de la situation qui prévaut à la CPI : des personnes acquittées qui restent pourtant privées de liberté ?

Ce qui se passe présentement à la CPI est dans l'ordre normal des choses. C'est le système juridique normal. Lorsqu'il y'a un plaignant et un accusé, la partie plaignante est libre de faire appel. C'est tout ! Je pense qu'il n'y a aucun feu en la demeure parce que de toutes les façons, nous avons déjà gagné. Dès l'instant où le juge a prononcé leur acquittement et ordonné leur libération immédiate, il n'y a plus de problème.

Avec toutes ces différentes tournures que prennent les choses, avez-vous une idée de l'état d'esprit de Blé Goudé et de Laurent Gbagbo ?

Dans leur esprit, ils sont libres, parce qu'ils ont été innocentés. D'ailleurs au niveau de la prison, ils ont droit à plus de liberté. Par exemple, ils se promènent et rentrent dans leur cellule quand ils le désirent, sans pression. Ils ont donc l'esprit tranquille. Et surtout, la conscience tranquille parce qu'ils savent qu'ils ont gagné.

Au-delà de cet optimisme, il faut tout de même avouer que la déception prend de plus en plus place dans le camp de beaucoup de proches et partisans ?

Moi, je voulais dire à tout le monde de ne pas se décourager parce que c'est la procédure normale : lorsqu'il y a un plaignant, et que celui qui est sur le banc des accusés est acquitté, le plaignant est libre de faire appel. Donc à leurs partisans, je demanderais de garder leur calme et de continuer à suivre la procédure, la chose se dénouera d'elle-même. Ils verront. Qu'ils se calment parce qu'ils ont déjà la victoire. Et puis l'appel actuel de Bensouda n'est pas un Appel pour annuler la décision du juge. On a fait que suspendre la décision du juge pour que la chambre d'Appel puisse statuer là-dessus et se prononcer pour leur libération définitive. Mais le bureau du procureur demande deux documents : le premier document est de notifier par écrit la décision du juge et deuxièmement, déterminer le lieu où les deux co-détenus iront dès leur sortie de prison.

Mais il y a un problème de passeport qui se pose, surtout dans le cas de Blé Goudé ?

Mais lorsqu'on les déportait à la CPI, ils n'avaient plus de documents. Ils vont leur rétablir des passeports, donc ils ne peuvent pas sortir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.