Congo-Brazzaville: Barkhane - Le général François Lecointe fait le bilan des opérations 2018

Le chef d'état major des armées a indiqué que l'année dernière, la force française a mené plus de cent vingt opérations de combat et soixante-dix projets civilo-militaires.

Le général François Lecointre expliquait en juillet 2018 : "Ce qui rend extraordinaire, c'est que nous gênons aujourd'hui l'ennemi là où nous sommes. Encore une fois, cela ne se compte pas en nombre de morts. Cela se compte en présence. Cela se compte en suprématie que nous exerçons sur cet ennemi qui, par conséquent, ne peut plus terroriser les populations et qui n'a plus autant de liberté pour se mouvoir dans un espace et pour se substituer à l'État comme il le faisait auparavant. C'est ce rapport inversé qui est le gage du succès". Mais, le bilan avancé par l'état-major des armées le 12 janvier, à Paris, fait ressortir que la force Barkhane a mené pas moins de cent vingt opérations de combat l'année écoulée, qui ont représenté "autant de défis logistiques face aux immensités sahéliennes". L'état-major a précisé: "Elles ont porté des coups aux jihadistes, avec les neutralisations de trois chefs de katibas majeurs du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans. Des actions qui ont permis de désorganiser les groupes armés terroristes et d'encourager les efforts placés par les forces armées maliennes et les forces armées nigériennes, notamment dans les régions du Liptako et du Gourma".

Malgré les efforts, la menace jihadiste reste persistante, précisément au Burkina Faso. L'état-major note également l'instauration de l'état d'urgence, des tensions communautaires persistantes qui restent préoccupantes au Mali, la persistance des trafics en faveur du financement du terrorisme. S'y ajoute, la mise sur pied de la Force conjointe du G5 Sahel, malgré des doutes sur ses déficits capacitaires. Depuis 2014, indique l'état-major des armées, ce sont "plus de huit mille sept cents soldats qui ont suivi une action de formation particulière".

La force française conduit aussi de nombreuses opérations civilo-militaires au profit de la population civile. Ainsi, chaque jour, en moyenne soixante-dix consultations médicales et trois cents soins ont été réalisés. Cette force s'implique aussi dans le développement local : soixante-dix projets dans l'accès à l'eau, l'agriculture, l'énergie, l'éducation ont été réalisés. Pour l'année 2019, elle "poursuivra ses efforts pour faire progresser de manière tangible le processus de paix, accentuer la lutte contre les GAT pour les mettre à portée des forces de sécurité locales, entraîner l'ensemble de ces forces vers une plus grande autonomisation et concourir à la mise en place des actions de développement et au retour de la gouvernance au profit de la population", assure l'état-major.

2019 a commencé sur le même rythme que 2018, comme l'a montré l'opération menée le 4 janvier dans la forêt de Serma, au Mali, près de la frontière avec le Burkina Faso, avec le démantèlement d'un camp d'entraînement jihadiste.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.