Congo-Brazzaville: Technologies - Osiane 2019 table sur la confiance numérique

Le Salon international des technologies de l'information et de l'innovation (Osiane) qu'abritera Brazzaville, du 16 au 18 avril, pour la troisième fois, va éclairer sur les défis de la confiance numérique comme gage d'une économie prospère.

Le lancement de la troisième édition d'Osiane a eu lieu le 18 janvier, lors d'une présentation de l'événement à la presse, en présence du ministre des Postes, des télécommunications et de l'économie numérique, Léon Juste Ibombo, des directeurs généraux et représentants d'institutions du secteur.

Osiane 2019 lèvera le voile sur les enjeux liés à la confiance dans la société et l'économie numérique. L'essor de l'internet ayant indubitablement conduit de nouvelles approches vers le numérique avec au fond des débats sur la protection des citoyens, la confidentialité et l'intégrité des données personnelles, etc. Quoique certain, on peut cependant admettre qu'internet constitue aujourd'hui un moyen incontournable de développement économique et social.

C'est donc un ensemble de thèmes ficelés par l'association Pratic que dirige Luc Missidimbazi, initiateur de ce salon, qui emplira ce salon. Des experts nationaux et internationaux plancheront sur l'Open Sources et la souveraineté nationale; sécurité et l'économie numérique et comment se protéger des risques; les plates-formes de création des médias; données numériques : protection, traitement et internet des objets, enjeux pour le développement.

Cette année, comme lors de l'édition dernière avec un programme éclectique, le salon, placé toujours sous le patronage du Premier ministre, chef du gouvernement, affiche cinq tables rondes et six ateliers. Les débats, à travers des panels de haut niveau sur les enjeux sécuritaires et les stratégies, côtoieront ceux de l'avenir du commerce face à la convergence des modèles numériques et physiques. Côté ateliers d'emblée gratuits, étudiants, entrepreneurs ou chercheurs choisiront entre les blockchain et la cryptologie, les outils de gestions des données numériques et l'agrobusiness.

Cinq mille participants attendus

Si l'année dernière le salon a accueilli plus de deux mille cinq cents participants, cette année elle lance le défi d'atteindre cinq mille et propose des stands pour permettre aux sociétés de vendre leur technologie et d'échanger sur diverses pratiques, a souligné la directrice de Osiane 2019, Murielle Gabio.

« Cette année, la cérémonie d'ouverture aura lieu à Kintélé, au Centre international des conférences, et les ateliers comme les expositions se poursuivront au Palais des congrès de Brazzaville », a-t-elle précisé.

Osiane place désormais Brazzaville comme catalyseur d'une nouvelle approche collaborative sur les technologies de l'information et de la communication (TIC), fondée sur quatre « univers ». De « Tech-Univers » en passant par « Publi-Univers », « Eco-Univers » et « Inov-Univers », Osiane donnera des réponses à plusieurs problématiques partant des infrastructures, de moyens de financement, de l'écosystème, de la formation, des incubateurs, etc.

L'association Pratic bénéficie de l'appui de l'Agence de régulation des postes et communications électroniques et autres institutions nationales et internationales pour réussir le pari de l'événement.

Créée depuis 2008, l'association regroupe les acteurs du développement des TIC en République du Congo et en Afrique. Parmi les objectifs, faire connaître et valoriser le numérique à travers le monde grâce à un large réseau d'experts, d'entreprises et institutions; accompagner les administrations publiques pour renforcer les capacités institutionnelles, humaines et administratives; et développer une coopération multiforme nationale et internationale, dans le domaine du numérique et l'innovation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.