Algérie: Tizi-Ouzou-Film sur Ben M'hidi - Plusieurs réserves levées

TIZI-OUZOU - Plusieurs réserves émises par la Commission de visionnage du Centre national d'études et de recherches sur le mouvement national à propos du film "Ben M'hidi" de Bachir Derrais ont été levées, a fait savoir samedi à Tizi-Ouzou, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

"Plusieurs réserves émises sont en train d'être prises en charge et le passage à l'étape d'exploitation du film est en bonne voie", a souligné M. Mihoubi.

Il a dans ce sens ajouté: "il est temps de mettre fin à cette polémique qui ne bénéficie ni au cinéma ni à Ben M'hidi que nous ne devons pas laisser otage de ces polémiques sans intérêt".

S'exprimant lors d'un point de presse à l'occasion du premier coup de manivelle du film "Si Mohand Ou M'hand" à Djamaa N'Saridj, (25 Km à l'Est de Tizi-Ouzou), M. Mihoubi a expliqué que les ministères des Moudjahidines et de la Culture n'ont rien à avoir dans ce "différend artistique entre la commission de visionnage et le réalisateur".

Les deux ministères qui financent le film, a-t-il précisé, "ont juste demandé au réalisateur qui a voulu imposer une vision particulière, le respect du scénario initial convenu entre les deux parties".

Le Centre national d'études et de recherches sur le mouvement national qui a la charge de suivre les films et documentaires traitant de la guerre de libération nationale (1954-1962) avait émis des réserves sur le contenu du film et le traitement.

S'agissant du film sur Si Mohand Ou M'hand, du réalisateur Ali Mouzaoui, le ministre a indiqué que son département mettra tous les moyens nécessaires, logistiques et financiers pour la réalisation de ce projet qui, a-t-il dit, participe au travail de "sauvegarde de la culture et de la mémoire historique de l'Algérie".

Dans le même sillage, Il a estimé que "le legs de Si Mohand Ou Mhand, qui a laissé son empreinte dans chaque coin du pays, mérite de bénéficier de l'intérêt des chercheurs et des historiens".

Pour sa part, M. Mouzaoui a considéré que la réalisation de ce film "consacre le couronnement d'une volonté politique de promotion de la culture amazighe et d'une soif culturelle de production", soulignant que "Si Mohand Ou Mhand a été un communicateur qui a porté la voix et la détresse du peuple algérien".

Le ministre qui a visité plusieurs projets relevant du secteur de la culture comme le cinéma Djurdjura et le théâtre de verdure qui seront livrés au courant de cette année, a relevé "le dynamisme culturel" qui caractérise la wilaya de Tizi-Ouzou, appelant les élus locaux à "accompagner cette dynamique qui rayonne au-delà de ses frontières et du pays".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.