20 Janvier 2019

Guinée Bissau: Commémoration très discrète pour le héros de l'indépendance

La Guinée-Bissau commémore très discrètement la date anniversaire de l'assassinat du héros de l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert. Amilcar Lopes Cabral a été assassiné le 20 janvier 1973 à Conakry. Quarante-six ans après sa disparition, les divergences qui ont signé son assassinat persistent, à deux mois des élections législatives dans le pays.

Nous sommes dans la forteresse d'Amura, le siège de l'état-major bissau-guinéen transformé en musée. Dans ce musée à ciel ouvert se trouve le cimetière des Martyrs où repose Amilcar Cabral, le héros de la guerre d'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert, assassiné à Conakry le 20 janvier 1973.

Objets personnels

A quelques dizaines de mètres du mausolée, dans une grande salle, sont déposés ses objets personnels. Sa voiture, une VW Coccinelle, et son bureau. Le conservateur du musée, nous fait visiter les lieux : « Voilà son bureau. Juste quatre chaises en bois, une table pour écrire ou pour manger, un vieil appareil de communication. C'est tout. »

Quarante-six ans après sa mort, l'héritage politique de celui que l'on appelle « le Che africain » reste encore très controversé. Les divergences qui ont signé son assassinat ont refait surface, à moins de deux mois des élections législatives prévues pour le 10 mars.

Pas de cérémonie officielle

Pour cet anniversaire, aucune cérémonie officielle n'est prévue. Le président José Mário Vaz déposera tout à l'heure une gerbe de fleurs sur la tombe de d'Amilcar Cabral et de ses compagnons.

Guinée Bissau

Le Congrès sur l'éducation environnementale fortifie la CPLP

Le secrétaire d'État à l'Enseignement technique et professionnel, Jesus Baptista, a… Plus »

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.