20 Janvier 2019

Congo-Kinshasa: RDC - Tshisekedi Président, une nouvelle cartographie politique se dessine !

Photo: Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Félix Tshisekedi au siège de son parti UDPS
analyse

Proclamé définitivement 5ème Président de la République Démocratique du Congo, à l'issue du verdict final rendu public par la Haute instance judiciaire du pays, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, oui c'est de lui qu'il s'agit, vient d'ouvrir une nouvelle page de l'histoire, non seulement pour lui-même, mais aussi pour son parti politique qui, du reste, a longtemps combattu dans le camp de l'Opposition Zaïroise et Congolaise, cela, pendant 38 années.

Désormais, l'on ne parlera plus de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS, comme étant un simple parti politique dépourvu du pouvoir, d'autant plus que, leurs dirigeants, seront ipso facto, à la tête de ce cher et beau pays qu'est la RDC, pour le prochain quinquennat.

Incroyable n'est ce pas ? Rien qu'en imaginant, la cartographie politique du pays va subir plusieurs modifications, parlant de la majorité et de l'opposition congolaise. Qui du FCC ou de Lamuka deviendra la nouvelle opposition de demain ? Ne cessent de s'interroger les congolais lambda. Toutefois, il appert que l'attente aura été vraiment longue pour la République Démocratique du Congo qui, à tout prix, devrait connaître un dirigeant légitime après le rendez-vous manqué de décembre 2016.

En dépit des toutes les pressions subies et des impressions venues d'ailleurs, particulièrement de l'Union africaine que dirige Paul Kagame qui, pourtant, n'ont fait que renforcer les velléités de souveraineté et d'indépendance de la haute instance judiciaire de la patrie de Lumumba, celle-ci, siégeant en premier et dernier ressort le samedi 19 janvier dernier, a finalement rendu son verdict final. Les résultats définitifs du scrutin présidentiel du dimanche 30 décembre 2018 ont été confirmés. Nonobstant les requêtes introduites par la dynamique de l'opposition du candidat malheureux Martin Fayulu Madidi, la Cour constitutionnelle a, quant à elle, donné raison à la CENI, organe habilité à organiser les élections.

C'est ainsi que le ticket gagnant du Cap pour le changement s'apprête dorénavant, à récupérer dans les tout prochains jours, les clefs du Palais de la nation, en mains propres de son prédécesseur Joseph Kabila Kabange.

Pour rappel, en examinant judicieusement cette fameuse requête de Martin Fayulu, les juges ont certainement suivi les propositions du Ministère public qui avait, dès le premier jour de l'examen, jeté les prémisses de ce qui devrait arriver tôt ou tard.

Par manque des preuves, le groupe de Lamuka, constitué des grands ténors de l'opposition, à l'instar de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, seront obligés de revoir leur calcul, après avoir entendu le verdict final. Ces derniers, tenteront-ils de négocier avec les nouveaux dirigeants, question de diriger ensemble ? Vont-ils par hasard, s'inscrire dans le chemin de faire les sourdes oreilles et rejeter des nouvelles institutions considérées à les en croire, comme des tricheurs ?

En savoir plus

Elections 2018 - Martin Fayulu continue à réclamer !

«D'ores et déjà, je lance un appel pressant à notre peuple pour qu'il se prenne en charge en… Plus »

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.