Ethiopie: Les quelques 900000 réfugiés vont pouvoir travailler

Le HCR parle dans un communiqué « d'une des politiques sur les réfugiés les plus progressistes en Afrique ». En Éthiopie, les réfugiés vont en effet désormais pouvoir travailler. Le Parlement a adopté cette réforme jeudi 17 janvier à une forte majorité.

Le pays de la Corne de l'Afrique accueille la seconde plus importante communauté de demandeurs d'asile sur le continent, après l'Ouganda voisin. Ils sont plus de 900 000, principalement Sud-Soudanais (420 000), Somaliens (260 000) et Érythréens (200 000) mais avec aussi des Soudanais, des Yéménites et quelques centaines de Syriens. Ils vivent principalement dans des camps. Ils vont maintenant pouvoir en sortir pour chercher du travail s'ils le souhaitent.

L'idée est de leur permettre d'améliorer leur quotidien. La vie dans un camp ne permet pas de sortir de la dépendance vis-à-vis des agences d'aide nationales ou internationales.

Jusqu'à présent, certains avaient le droit de vivre hors des camps. Récemment 11 000 Érythréens y avaient par exemple été autorisés.

Mais l'Éthiopie ne distribuait pas de permis de travail à ces populations qui sont parfois réfugiées depuis longtemps, qui ont fait des enfants sur place.

Addis-Abeba se met en conformité avec le Pacte mondial adopté mi-décembre. Selon le Haut-Commissaire aux réfugiés de l'ONU, le pays « se pose également en modèle ».

Des chercheurs de l'institut du développement Outre-mers livrent cependant les défis à relever. Selon eux, il faudra veiller à informer les réfugiés sur les opportunités d'emplois, il faut aussi leur en proposer qui les intéressent. L'Éthiopie pense à ses parcs industriels.

Et puis, il faudra prendre garde à ne pas créer de conflit avec les populations locales. Le pays compte aussi près de trois millions de personnes déplacées internes, et un chômage important, notamment chez les jeunes.

■ Analyse

Pour Stine Paus, de l'ONG le Comité norvégien des réfugiés, cette mesure est un premier pas positif. Et va permettre l'abandon d'une politique de cloisonnement qui ne bénéficie ni aux réfugiés, ni aux Ethiopiens.

« Quand vous avez une population de réfugiés installée depuis de nombreuses années dans un pays, les enfermer dans des camps n'est pas une solution.

Certes, ils ont un lieu ou vivre, une sécurité, de la nourriture, mais sur le long terme, leur vie est mise en attente. Ils ne travaillent pas, n'assurent pas les besoin de leur famille, n'ont pas de projet, ne font pas d'études supérieures. Donc cette nouvelle mesure va leur permettre de contribuer au pays dans lequel ils résident.

Quant aux Ethiopiens, tout cet argent investi dans les camps de réfugiés, il ne bénéficie pas aux populations locales. Ces camps ont souvent leur propre économie parallèle. Et donc cette nouvelle politique devrait profiter aux réfugiés, ainsi qu'aux populations des régions qui les accueillent. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.