Sénégal: Louga - Des habitants de Léona marchent pour protester contre le bradage de leurs terres

Gabar 2 (Louga) — Des habitants des villages de Ndaldagou, Potou et Gabar 2, dans la commune de Léona (Louga), ont marché samedi pour protester contre le "bradage" de leurs terres, a constaté l'APS.

Des jeunes, vieux, femmes et enfants, arborant des foulards rouges, ont participé à la marche pour inviter les autorités du pays à mettre fin au "bradage" de leurs terres d'habitation et de culture et réclamer leur restitution.

Escortés par des éléments de la gendarmerie, ils ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "laissez nos terres", "ne touchez pas à nos terres", "nos terres, non vies", ou encore "ma parcelle, mon avenir".

Ils ont poursuivi leur mouvement, à pas lents, jusqu'au village de Gabar 2, point de chute de la marche.

Le Chef de village de Gabar, Mouhamadou Diop s'est félicité du bon déroulement de la marche.

"Nos terres sont notre seule richesse. Elles sont aussi l'avenir de nos enfants, mais, il se trouve qu'elles sont en train d'être bradées et venues à des étrangers à nos détriments", a-t-il déploré, soulignant avoir recensé 485 jeunes qui n'ont pas de parcelles d'habitation.

Selon Mouhamadou Mamoudoune Diop, un jeune de la localité, la municipalité a tracé un plan de lotissement sans prendre en compte les infrastructures de base, (poste de santé, cimetière ou école).

Le maire de Léona, Mamadou Bâ a récusé ces accusations et assurant que les lotissements dans ces différentes localités ont été réalisées en commun accord avec le chef du village.

"C'est en 2015 que nous avons loti 400 parcelles à Gabar2. Cela fait plus de trois ans que nous octroyons ces terres. Nous avons fixé les frais de bornage à 100 000 FCFA pour récupérer l'argent investi et actuellement, il en reste moins de 250 parcelles", a expliqué M. Bâ.

Selon le maire, "la loi ne dit pas qu'il faut donner une parcelle à chaque habitant, ni que les terres leur appartiennent exclusivement".

"Quand un habitant de Louga veut une terre dans cette localité et qu'il paye les droits et les frais de bornage, il est en droit d'en disposer", a-t-il dit, soulignant que la mairie leur a octroyé 25 parcelles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.