20 Janvier 2019

Centrafrique: Les incidents se poursuivent à Bambari

En Centrafrique, alors que l'ouverture du dialogue national entre les groupes armés et le gouvernement doit avoir lieu à Khartoum le 24 janvier, des incidents ont encore lieu sur le territoire. La ville de Bambari est l'un des points particulièrement sensibles. Des tirs ont encore eu lieu samedi.

La mission des Nations unies rentre ce dimanche dans le dixième jour de son opération spéciale à Bambari nommé Bekpa 2 - « bekpa » qui signifie « tonnerre » en langue sango - une opération lancée le 10 janvier à la suite d'altercations dans la ville. Une mission conjointe avec l'armée et les forces de sécurité intérieure centrafricaines. En appui de cette opération, deux avions français ont réalisé des vols de dissuasion au-dessus de la ville.

La Minusca affirme qu'elle contrôle Bambari et que des patrouilles ont lieu. Mais la force essuie encore des tirs, précise le porte-parole Vladimir Monteiro. L'UPC renvoie la balle à la Minusca assurant qu'elle ne respecte pas le cessez-le-feu négocié. Hassan Bouba, le coordonnateur politique du mouvement, dénonce des attaques ciblées de la mission des Nations unies sur les résidences des responsables politiques du groupe armé.

Sur place, beaucoup critiques la mission des Nations unies à l'image de ce député qui aimerait que plus soit fait, notamment un désarmement forcé de la ville, une ville longtemps montrée en modèle pour son calme et surnommée « Bambari ville sans arme ». Des manifestations ont eu lieu récemment. Les inquiétudes se cristallisent autour de manipulations communautaires possibles.

Centrafrique

A Batangafo, beaucoup d'espoirs sont placés dans l'accord de paix

Un accord de paix a été signé le 6 février à Bangui entre le gouvernement et les 14… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.