Madagascar: Occupation illicite de terrain à Toamasina - Une lenteur préjudiciable à l'Etat dans ses prises de décision

L'affaire de l'occupation illicite de terrain du lycée Rabemananjara par un « karana », continue d'entretenir la polémique dans le milieu concerné.

Pas plus tard que la semaine dernière, les enseignants, le personnel administratif, les parents d'élèves et les élèves ont de nouveau manifesté pour dénoncer publiquement, l'occupation illicite par un indo-pakistanais d'une partie du terrain du lycée Rabemananjara. L'individu empiète illégalement sur une partie du terrain du domaine scolaire dans le prolongement de sa construction. Ces manifestants n'entendent pas baisser les bras dans leur revendication et pensent aller jusqu'au bout pour le bien-être des élèves. Face à cet envahisseur « karana » qui, comme à l'accoutumée dans ce genre de situation, prétend avoir le bras long et de jouir d'une influence certaine vis-à-vis des autorités locales.

Deux ans. Un rappel des faits, l'histoire n'est pas récente et que cela fait plus de deux ans que ce « karana » s'entête vouloir prolonger sa construction dans un domaine d'intérêt public. Comme l'attestent les responsables municipaux, tels le directeur du contentieux et le responsable technique, lors d'une décente sur les lieux auparavant. Durant cette visite, ces responsables ont ordonné à ce « karana » de suspendre les travaux de construction, mais ce dernier n'a pas obtempéré et poursuit toujours les travaux, comme ont pu constater les manifestants.

Nouveau gouverneur. Une affaire, que le nouveau gouverneur de la région d'Atsinanana est appelé à trancher au plus vite pour la sauvegarde de l'intérêt public et de l'avenir des élèves.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.