21 Janvier 2019

Sénégal: Ziguinchor - Une expression de soulagement des populations du sud

Enfin ! C'est l'exclamation de la quasi-totalité des populations de Ziguinchor qui poussent un ouf de soulagement après l'érection d'un pont sur le fleuve Gambie. Les populations du Sud l'ont rêvé et revendiqué depuis belles lurettes, les présidents Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade l'ont voulu durant leurs magistères respectifs; le président Macky Sall l'a réalisé.

Il ne fera plus l'objet de revendications et ne servira certainement plus d'alibi pour faire monter la tension, entre les deux pays parce que désormais ce 21 janvier 2019 ce pont de Farafenni en Gambie sera inauguré.

L'histoire retiendra que ce sont les président Sall du Sénégal et Barrow de la Gambie qui vont couper le ruban inaugural de cette gigantesque infrastructure devant servir de cordon ombilical entre les peuples respectifs du Sénégal et de la Gambie.

Ce qui, à coup sûr, va constituer un jalon décisif dans la concrétisation du rêve sénégalais, du moins en ce qui concerne son aspect physique, géographique et humain.

En attendant que les politiques en fassent une réalité vivante et très tangible. Et, en tout état de cause, la mise en service du pont constitue un grand ouf de soulagement pour les populations du Sud car il est synonyme de fin de calvaires causés par les nombreuses tracasseries policières, les pertes de temps et d'énergie au niveau du bac de Farafenni.

L'angoisse des voyageurs qui empruntent la transgambienne se dissipe ainsi, comme écume de mer. Les pertes énormes subies par les commerçants dans l'acheminement des produits locaux qui pourrissent souvent en cours de route deviendront un mauvais souvenir.

Les causes des incidents fréquents entre les Forces de sécurité gambiennes et les transporteurs et autres passagers sénégalais seront en grande partie résolues par cette infrastructure.

OUF DE SOULAGEMENT DES POPULATIONS DU SUD

Avec la construction de ce pont de Farafenni, c'est une vieille doléance des populations du Sud qui devient réalité.

Longues attentes au bac, tracasseries, le chapelet de difficultés qui bouleversaient le passager qui transitait par la Gambie, via Farafenni, pour rallier les localités Sud ou Nord du Sénégal, c'est selon, est en passe d'être extirpé par ce pont de Gambie qui sonne comme un trait d'union entre les deux pays (le Sénégal et la Gambie).

Aujourd'hui, l'évocation de ce pont suscite un vent de satisfaction des populations du Sud qui estiment que l'infrastructure vient enfin transcender les difficultés et le calvaire des usagers de la transgambienne.

«Nous avons toujours attendu ce pont qui était une urgence pour désenclaver la partie sud du pays», lance, le sourire aux lèvres, Hervé Sagna, habitant à Santhiaba Ziguinchor.

Ce sentiment de satisfaction vient s'adjoindre à une expression de jubilation exprimée par cette dame. «Nous avons souffert pendant des décennies en transitant par la Gambie pour rallier les autres localités du pays.

Aujourd'hui, nous ne pouvons que nous réjouir de cette infrastructure après les heures de calvaire que nous vivons au bac de farafenni en Gambie. C'est le meilleur cadeau que ce régime a offert aux populations de la Casamance», déclare-t-elle.

ENFIN La CONTINUITE TERRITORIALE DU SENEGAL

D'autres qui n'hésitent pas à esquisser des pas de danse pour montrer leur satisfaction, ce sont les transporteurs gros porteurs qui passent des jours, voire semaine, avant de traverser le bac. Ansou Cissé, un d'entre eux, s'exclame: «enfin !

Nous voilà enfin relier au reste du pays. Ce pont est non seulement un fruit des bonnes relations entre le Sénégal et la Gambie mais il est un trait d'union entre la Casamance et le reste du pays.

Car, c'est le calvaire vécu au bac, avec de longues heures d'attentes, qui avait amené presque certains à ne pas se sentir «entièrement sénégalais». Maintenant, on pourra rallier Dakar en un temps records, sans difficultés»

Toutefois certains, comme cet enseignant, Malang Diakité, expriment quelques soucis. «J'espère que l'inauguration de ce pont ne sera pas comme celle du TER. On inaugure après on nous dit d'attendre des mois avant que le pont soit opérationnel.»

Dans tous les cas, grâce à cet ouvrage, les populations du Sud pourront quitter à n'importe quelle heure pour aller partout au Nord du pays sans être angoissées par l'équation de la traversée du bac. Sous réserve que des dispositifs opérationnels soient mis en place pour éviter des pertes de temps au niveau des postes de contrôle.

ESPOIR D'UNE BAISSE DES PRIX DES DENREES DE PREMIERE NECESSITE

L'espoir le plus légitime aujourd'hui des Casamançais de façon générale est qu'enfin les denrées de première nécessité puissent baisser car les commerçants justifient jusqu'ici le grand écart entre les prix au Nord et au Sud du pays par le coût de transport et des pertes de temps subies sur la transgambienne.

De la même façon les produits des commerçants et marchands pourront valablement concurrencer ceux du reste du pays au niveau de Dakar. Que dire aussi de l'impact sur le tourisme en Casamance ?

«Les touristes qui rechignaient souvent à emprunter la transgambienne, à cause des pertes de temps, pourront désormais rallier les stations balnéaires du Capskiring et de Kafountine tranquillement».

Sénégal

Présidentielle - Le débat télévisé annoncé entre 4 candidats de l'opposition n'aura plus lieu.

Dans un communiqué du Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) rendu public le 19… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.