Zimbabwe: Opération séduction annulée pour Emmerson Mnangagwa à Davos

Le Zimbabwe se prépare à une deuxième semaine de grève générale. Les syndicats ont appelé à partir de ce lundi à une nouvelle action ville morte pour protester contre la hausse des prix. La semaine dernière, le mouvement s'est soldé par des violences et de nombreuses arrestations. Ce qui a poussé le président zimbabwéen à interrompre sa tournée à l'étranger. Emmerson Mnangagwa ne sera donc pas au forum économique mondial de Davos, en Suisse.

C'est une véritable claque pour Emmerson Mnangagwa. Celui qui, depuis son arrivée au pouvoir il y a plus d'un an, ne cesse de dire que le Zimbabwe est ouvert au business, a dû rentrer d'urgence dans son pays. Non seulement il ne sera pas à Davos pour convaincre les investisseurs étrangers de revenir investir au Zimbabwe. Mais en plus, son retour d'urgence pour gérer les manifestations et les violences envoie un tout autre message. Le Zimbabwe n'est pas stable et le régime est tout aussi répressif que le précédent.

Relancer l'économie

Le chef de l'Etat qui s'est engagé à relancer l'économie après deux décennies de crise est dos au mur. Son élection en juillet dernier, marquée aussi par des violences, n'a pas permis le retour des investisseurs. Depuis quelques mois, le pays est secoué par d'importantes manifestations contre les pénuries et la hausse des prix.

Les billets verts se font rares

Le pays, qui a abandonné sa devise nationale il y a dix ans et fonctionne avec des dollars américains, cherche désespérément à emprunter de l'argent. Mais les précieux billets verts se font de plus en plus rares, au point de paralyser l'économie tout entière. Selon la presse zimbabwéenne, Mnangagwa se serait rendu en Russie la semaine dernière pour tenter pour obtenir un prêt, mais serait rentré les mains vides. Il se serait également adressé à son voisin L'Afrique du Sud le mois dernier, mais aurait obtenu la aussi une réponse négative.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.