Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Mésentente entre les habitants de Lubero et les équipes de riposte contre Ebola

Les habitants des zones santé de Biena et Magurejipa dans le territoire de Lubero dans la province du Nord-Kivu refusent de collaborer avec les équipes de riposte contre l'épidémie à virus Ebola qui a décimé bon nombre de personnes dans cette partie du pays. Toutefois, le président de la Société civile de ladite entité, Nassoon Paluku, les a invitées, dimanche 20 janvier à suivre les conseils des spécialistes en vue d'éviter le pire.

Quant au Nassoon Paluku, les équipes de riposte contre Ebola sont victimes des actes de violences de la part de la population. C'est depuis plus d'une semaine que la zone de santé de Mangurejipa et celle de Biena sont frappées par la maladie à virus Ebola.

« Certaines personnes mal intentionnées ont seulement dit à la population que cette maladie n'existe pas et que c'est le spiritisme. Et après le soulèvement, ils ont même cassé la porte de l'enclos du couvent des prêtres où était logée l'équipe de la riposte. A Kambau, une ambulance a été endommagée en opposant une résistance contre la présence de cette équipe qui voulait identifier les personnes contactes afin qu'elles soient vaccinées », a regretté le président de la Société civile locale sur les antennes de Radio Okapi.

Eu égard à cela, Nassoon Paluku invite la population à bien se confier aux spécialistes de la santé pour éviter une large propagation de cette épidémie.

Dans le dernier tableau épidémiologique présenté par le ministère de la Santé publique, on enregistre déjà deux morts parmi les cas confirmés dans ces deux zones de santé. Raison pour laquelle le coordonnateur de la riposte contre la maladie à virus Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et l'Ituri, Dr Aruna Abedi, a annoncé vendredi 18 janvier les mesures prises pour empêcher la propagation de cette épidémie dans de nouvelles zones. Ces mesures portent notamment sur l'installation des points de contrôle épidémiologique, jugés stratégiques, à la sortie de certaines zones déjà touchées par Ebola pour surveiller les mouvements des personnes qui seraient porteuses de cette maladie.

Il sied de noter que dans d'autres zones de santé, l'épidémie a été maitrisée, a indiqué Dr Aruna Abedi, se disant toutefois préoccupé par « le mouvement de la population qui fait qu'il y a des cas qui échappent à Katwa et Butembo qui voulaient forcer pour aller à Goma ».

La même source indique que la logique c'était de renforcer les points stratégiques pour protéger les grandes. Et à ces points stratégiques, on a voulu à ce que les points d'entrées soient opérationnels et fonctionnent 24h /24.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.