Afrique de l'Ouest: Le Sénégal et la Gambie condamnés à s'unir, selon Adama Barrow

Farafégné (Gambie) — Les populations du Sénégal et de la Gambie doivent travailler à la préservation de l'unité entre leurs deux pays, au risque d'être dépassées par les événements, a indiqué, lundi, à Farafégné, le président gambien Adama Barrow.

M. Barrow intervenait lors de l'inauguration du pont construit sur le fleuve Gambie à Farafégné, en présence de son homologue sénégalais Macky Sall avec qui il présidait cette cérémonie officielle.

Adama Barrow a baptisé cette infrastructure "pont sénégambien", en référence aux relations séculaires entre le Sénégal et la Gambie, "condamnés à s'unir parce que telle est la volonté de Dieu qui leur a donné les mêmes langues, les mêmes habitudes alimentaires, la même géographie et la même histoire".

Il a insisté sur le rôle que jouera ce pont financé à hauteur de 38 milliards de francs CFA par la Banque africaine de développement (BAD) est appelé à jouer dans le processus d'intégration des pays africains, ajoutant que cette infrastructure "n'appartient ni au Sénégal ni à la Gambie mais au peuple sénégambien qui doit tout faire pour l'entretenir".

Outre le renforcement des relations sénégambiennes, le président gambien estime que ce pont jouera "un rôle important" pour le compte des échanges commerciaux entre les pays de l'Afrique de l'Ouest.

Il a remercié le président Macky Sall qui selon lui "a tout fait pour rétablir dans ses droits le peuple gambien dont la volonté a failli être remise en cause par les derniers événements" survenus lors de la dernière élection présidentielle gambienne.

Adama Barrow faisait allusion au refus de Yaya Jammeh de quitter le pouvoir, après avoir lui-même reconnu sa défaite à cette consultation électorale.

Il a finalement été containt à s'exiler suite à une intervention des forces de la CEDEAO dont faisaient partie des forces sénégalaises.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.