Togo: Formation et guidage sur cible

22 Janvier 2019

Douze jeunes fusiliers togolais viennent d'achever une formation de 2 semaines aux procédures de visite d'un navire en mer.

Profitant de l'expérience d'un détachement de marins des éléments Français du Sénégal, l'équipe togolaise a appris les techniques élémentaires d'intervention opérationnelle rapprochée, de progression en milieu clos, de montée à bord, et d'articulation sur le pont du navire visité.

Ce stage à peine achevé, la Préfecture maritime et la Marine nationale ont participé au premier exercice NeMO de l'année 2019.

D'après les informations communiquées mardi par l'ambassade de France à Lomé, le patrouilleur togolais OTI a bénéficié d'un guidage sur cible par un avion de patrouille maritime français Falcon 50, venu de Dakar.

Ce soutien aérien a prouvé l'efficacité du couple avion-patrouilleur pour optimiser les interventions en mer.

Le contrevenant, interprété par le patrouilleur de haute mer Commandant Blaison, a glissé volontairement de nombreuses péripéties dans le scénario d'exercice pour tester l'équipe de visite togolaise sans toutefois parvenir à déjouer sa vigilance.

Ce genre d'exercices tombe à point nommé. En effet l'acte de piraterie perpétué le 2 janvier dernier dans les eaux béninoises rappelle que la maitrise des eaux est capitale pour la sécurité maritime de tous.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.