22 Janvier 2019

Angola: Le gouvernement étudie des mesures pour léver la grève dans le CFL

Luanda — En raison du non-respect par le Syndicat des travailleurs du Chemin de fer de Luanda (CFL), de l'accord conclu vendredi dernier à 18 heures avec le ministère des Transports, qui prévoyait la suspension de la grève lundi, le département ministériel pourrait prendre des mesures alternatives, prévues par la loi, pour garantir le fonctionnement de la liaison ferroviaire entre Luanda et Malanje.

Les grévistes ont paralysé des services depuis lundi dernier 14, sur la base d'un cahier de revendications incluant l'amélioration des conditions de travail, la révision barème salarial, la mise à jour des catégories de main-d'œuvre et l'augmentation des salaires d'environ 80 pour cent.

L'entité employeuse a accepté 18 des 19 points du cahier de réclamation des travailleurs. La seule exception concerne la prétention d'augmenter les salaires de 80%. La société affirme ne pas disposer des ressources nécessaires pour répondre à cette exigence.

Vendredi dernier, après l'échec de la réunion entre l'administration du CFL et le syndicat, le ministre des Transports, Ricardo de Abreu, s'est réuni avec la commission de négociation et a défendu la nécessité d'accroître les services, tels que le transport de carburants dans la région Est afin de monétiser l'entreprise jusqu'en mars et d'augmenter les salaires des travailleurs.

Le syndicat a accepté la proposition du ministre, mais de manière surprenante, les travailleurs ont suspendu samedi l'exercice des deux trains qui prêtaient les services minimaux.

Lundi, des représentants du syndicat du CFL ont également manqué la réunion avec le ministère des Transports pour annoncer la suspension de la grève.

De ce fait, outre les mesures alternatives visant à maintenir les trains Luanda-Malanje en marche, les autorités pourraient également prendre des mesures plus sévères contre les grévistes dans le cadre de la loi. Le syndicat du CFL, signale-t-on, n'a toujours pas d'existence légale.

Le CFL effectue quotidiennement 17 voyages en train de banlieue, ce qui lui permet de transporter 6 000 personnes dans les trois services, qui paient 500 kwanza en première classe, 200 en deuxième classe et 30 en troisième classe.

Depuis lundi, dans le respect des normes minimales imposées par la loi sur la grève, les travailleurs maintenaient deux trains en circulation, un le matin à 7h du matin de Viana à Bungo et l'autre dans l'après-midi (16h) en sens inverse.

La course de Luanda à Cuanza Norte est d'environ 1 800 kwanzas et pour Malanje, le passager débourse 3 000 kwanzas, mais en raison de la grève, le train à destination de ces deux provinces est suspendu.

Angola

L'affaire d'Isabel dos Santos à la Direction nationale d'enquête

Le dossier sur la gestion de l'ancienne présidente du Conseil d'administration de SONANGOL, Isabel dos Santos,… Plus »

Copyright © 2019 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.