22 Janvier 2019

Congo-Brazzaville: Football - Fn de carrière anticipée pour Tobias Badila

Agé de 25 ans, l'international congolais, atteint d'une maladie auto-immune, arrête sa carrière de footballeur professionnel.

Resté sur le banc lors de la première journée face à Béziers, fin juillet 2018, Tobias Badila était depuis tenu éloigné des terrains par un état de fatigue physique chronique. Une méforme que l'international congolais avait déjà enduré en fin de saison dernière, alors que club lorrain luttait pour le maintien. « Je n'arrivais plus à finir les matchs, les efforts étaient devenus un supplice », explique-t-il.

Las, le mal persiste début juillet lorsque sonne l'heure de la reprise.« Après un mois de coupure, à la reprise, c'était pareil. Mes tests physiques avaient chuté de moitié, j'étais dans le dur en permanence », nous témoignait-il en off, il y a quelques semaines.

L'international congolais de 25 ans enchaîne alors les analyses et examens médicaux. Et le diagnostic tombe, tel un couperet. « Finalement, il a été diagnostiqué une maladie auto-immune (génétique). Après de multiples tests, il est également apparu que ma Vma (vitesse maximale aérobie) a aussi chuté. Au début, on a cherché des solutions mais, il s'agit d'une maladie compliquée et méconnue. Etant exténué en permanence, j'ai donc dû mettre un terme à ma carrière de haut niveau», avoue-t-il.

Le temps que sa situation administrative se règle (assurance-maladie, rupture du contrat de travail), le natif de Dijon nous avait demandé de reporter l'annonce de l'arrêt de sa carrière. Une volonté respectée jusqu'à son feu vert, aujourd'hui.

C'est désormais officiel : il ne fait plus partie de l'effectif de l'AS Nancy, qui a donné, en début de semaine dernière, son numéro 3 au nouvel arrivant El Kaoutari. Il ne jouera plus au football au haut niveau.

La fin prématurée d'une carrière menée de bout en bout au sein du club lorrain : arrivé à 17 ans en provenance du Dijon FCO, il fait ses classes en équipes de jeunes puis avec la réserve (quarante-trois matchs de CFA entre 2010 et 2013).

Alors que l'équipe première lutte pour le maintien en Ligue 1, il effectue sa première apparition en Coupe de France (74 mn de jeu lors de la victoire face à Vénissieux), le 27 février 2013.

L'ASNL est finalement reléguée en fin de saison et le gaucher de 22 ans signe alors son premier contrat pro. Cadre de la CFA, il grignote du temps de jeu chez les grands (sept matchs de Ligue 2 en 2013-2014, huit en 2014-2015 et 2015-2016).

Le club au chardon est sacré champion de Ligue 2 mai 2016. Et c'est en Ligue 1 qu'il accomplit sa première saison pleine (vingt-quatre matchs, un but), souvent comme latéral gauche, parfois dans l'axe central.

Son club redescendu, il reste en taulier, alternant encore entre le côté gauche et l'axe. Il surnage souvent au sein d'un club en déliquescence totale (faux départ du président actionnaire, politique de recrutement décriée, éviction de Pablo Correa, colère venue des tribunes) et participe au maintien, arraché lors de la dernière journée.

En mai 2018, après une défaite chez le Paris FC de Saint-Louis, Badila avait confié, hors micro, que l'heure était peut-être venue pour lui de poursuivre sa carrière sous d'autres cieux. Sans savoir ce qui adviendrait dans les mois à venir.

A l'inverse, le Diable rouge se projetait beaucoup sur l'avenir de la sélection congolaise. Approché depuis plusieurs années par la cellule de recrutement européenne, Badila avait été constant dans son discours. « J'en ai envie mais avant, je fais mon trou en club pour être légitime en sélection », indiquait-il.

Chose promise, chose due, il répond à l'appel de Sébastien Migné en juin 2017 et intègre le groupe congolais pour le stage de Lisses et honore la première de ses quatre sélections à Kinshasa, le 10 juin. Humble, combatif et réfléchi, Badila semblait promis à un bel avenir dans cette équipe, où il avait rapidement conquis le vestiaire, le staff et le public.

Après quatre-vingt-onze matchs sous le maillot de Nancy et quatre sélections avec les Diables rouges du Congo, Tobias Badila raccroche donc les crampons. Trop tôt pour lui et pour nous.

Congo-Brazzaville

Le paludisme, cause d'absentéisme à l'école et au travail

Au Congo-Brazzaville, le paludisme représente la première cause de mortalité chez les enfants de… Plus »

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.