Togo: L'éradication de la chenille légionnaire va prendre du temps

22 Janvier 2019

Au Togo, les chenilles légionnaires sont un fléau pour l'agriculture.

Cette larve de papillon se propage actuellement à grande vitesse dans la partie sud de l'Afrique. Son apparition sur le continent a été détectée pour la première fois en janvier 2016 au Nigeria. En une année, elle s'est répandue pour atteindre, en janvier, l'Afrique du Sud.

La présence de la chenille légionnaire d'automne ajoute aux dégâts déjà causés par sa cousine africaine, Spodoptera exempta.

L'Allemagne a décidé d'apport son concours aux chercheurs togolais.

Une réunion s'est ouverte mardi à Lomé qui rassemble des experts et des étudiants africains.

'Les chenilles légionnaires constituent une grande menace. Aider les étudiants dans leurs recherches est très important', a déclaré Christophe Sander, l'ambassadeur d'Allemagne au Togo.

Cette situation a des répercussions considérables pour les populations touchées. Car ce papillon est un terrible ravageur du maïs et d'autres plantes cultivées comme le sorgho. Il s'agit d'une menace sérieuse pour l'agriculture et, par conséquent, pour la sécurité alimentaire en Afrique.

Comprendre comment les chenilles légionnaires se reproduisent, se déplacent et se nourrissent est indispensable pour faire face à la menace qu'elles représentent. C'est la raison pour laquelle l'Allemagne a décidé de s'engager.

Ces insectes possèdent en effet des qualités qui les rendent particulièrement difficiles à contrôler : ils volent très bien, se reproduisent en masse et leurs larves peuvent se nourrir d'une grande variété de plantes. En outre, ils développent très rapidement des résistances aux pesticides.

De telles invasions biologiques menacent la biodiversité, l'équilibre des écosystèmes naturels et agricoles et, à terme, la sécurité alimentaire.

L'Afrique subsaharienne, et naturellement le Togo, est considérée comme particulièrement vulnérable face à ces espèces invasives, en raison de sa grande dépendance à l'égard de l'agriculture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.