Nigeria: Des images satellite dévoilent les vestiges calcinés de la ville de Rann après l'attaque de Boko Haram

Photo: This Day
(Photo d'archives) - Une des villes du nord-est incendiée par des terroristes de Boko Haram
communiqué de presse

De nouvelles images satellite analysées par Amnesty International dévoilent les terribles résultats de l'attaque de Boko Haram qui a dévasté en début de semaine la localité de Rann, dans le nord-est du Nigéria, et causé le déplacement de plus de 9 000 personnes.

Ces images satellite révèlent l'ampleur de cette attaque destructrice, qui s'est déroulée le 14 janvier dans cette ville de l'État de Borno qui accueillait des milliers de civils déplacés à l'intérieur du pays du fait du conflit avec Boko Haram. D'après l'analyse d'Amnesty International, de larges zones ont été incendiées à l'ouest et au sud de Rann, et plus de 100 bâtiments ont été détruits ou gravement endommagés par les flammes.

« Amnesty International condamne le mépris total pour la vie dont Boko Haram fait preuve. Cette attaque ciblait clairement des civils et constitue par conséquent un crime de guerre. Elle demande aux autorités nigérianes de fournir immédiatement une assistance humanitaire aux milliers de personnes qui ont été déplacées, a déclaré Osai Ojigho, directrice d'Amnesty International Nigéria.

« Ce qui se passe à Rann montre à quel point les personnes déplacées sont vulnérables au Nigéria : il est impératif de les protéger. »

Ces images satellite corroborent des informations émanant de l'ONG humanitaire Médecins sans frontières (MSF), qui a déclaré que Rann était devenue « un cimetière » au lendemain de l'attaque du 14 janvier. MSF a ajouté qu'elle se préparait à accueillir les nombreuses personnes qui ont traversé la frontière pour se réfugier à Bodo au Cameroun.

« Depuis l'attaque du 14 janvier, les gens fuient par milliers et franchissent la frontière vers le Cameroun ; leurs conditions ne font qu'empirer de jour en jour. Aujourd'hui, Rann est pratiquement vidée de ses habitants : face aux violences meurtrières de Boko Haram, ils ont trop peur pour rester, a déclaré Osai Ojigho.

« Les autorités des deux côtés de la frontière doivent leur fournir les denrées dont ils ont besoin et assurer leur sécurité. En outre, les autorités camerounaises doivent cesser de les renvoyer de force, jusqu'à ce que la situation devienne sûre et qu'ils choisissent de rentrer de manière volontaire. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: AI London

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.