Madagascar: Financements de la BAD - Six grands projets confirmés pour cette année

Le secteur privé peut toujours soumettre des projets bancables à la BAD, selon l'économiste pays Tankien Dayo.

Près de 2 milliards USD de financements ont déjà été octroyés à Madagascar par le Groupe de la BAD, depuis 1976. Cette année, cette institution prévoit une enveloppe de 137,4 millions UC, pour soutenir les projets de développement du Gouvernement.

Madagascar figure parmi les pays privilégiés par le Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement), d'après les engagements faits par Akinwumi Adesina, président de cette institution financière, lors de sa visite de trois jours à Madagascar en août 2016. Lundi dernier, l'économiste pays de la BAD à Madagascar, Tankien Dayo a exposé la situation actuelle de la coopération entre les deux parties. « 16 projets financés par le Groupe de la BAD sont actuellement en cours de réalisation dans la Grande Ile.

Les financements relatifs à ces projets totalisent un montant de 278 millions d'Unités de compte (UC), soit environ 389,2 millions USD ou 1412 milliards d'Ariary. 52% de ces fonds de la BAD sont alloués dans le secteur des transports, avec la réhabilitation de routes nationales ; 37% dans l'agriculture, engendrant une production additionnelle de 100.000t de riz par an ; 8% dans l'amélioration de la gouvernance, etc. », a-t-il indiqué. Cette année encore, six projets vont être financés par le Groupe de la BAD, dans le domaine de l'Agriculture, de l'amélioration de la compétitivité économique, de la production d'énergie électrique, ainsi que dans le domaine des risques liés aux catastrophes naturelles. Une enveloppe de 137,4 millions UC, soit environ 192,36 millions USD ou 694 milliards Ariary sont prévus dans ce cadre.

Effet multiplicateur. Outre les énormes financements qu'elle accorde, cette institution financière facilite également l'obtention d'autres financements extérieurs pour Madagascar. Sur le marché financier, les agences d'évaluation attribuent à la BAD, une notation triple A, traduisant qu'il s'agit d'une des institutions les plus sûres et crédibles au monde. En accordant des fonds de garantie à la Grande Ile, le Groupe de la BAD permet au pays d'obtenir très facilement les financements des autres bailleurs. Tel est le cas pour le Projet de renforcement et d'interconnexion des réseaux de transport d'énergie électrique, qui sera mis en œuvre à partir de cette année.

Ce projet sera financé à hauteur de 20 millions UC ou 28 millions USD par la BAD et à hauteur de 130 millions d'Euros par l'Union européenne et la Banque européenne d'investissement (BEI) avec COFIDES. De même pour le Programme de transformation de l'agriculture malgache, prévu être lancé cette année également, et cofinancé à hauteur de 24,08 millions USD par la BAD et 50,4 millions USD par l'AGTF (African Growing Together Fund). En effet, ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres.

Hydroélectricité. Parmi les projets financés par la BAD, attendus cette année, figure la construction de la centrale hydroélectrique de Sahofika sur la rivière Onive, à l'Est d'Antsirabe. « Ce projet mettra fin au problème d'approvisionnement en électricité, du moins pour le réseau interconnecté d'Antananarivo », a affirmé l'économiste pays de la BAD, Tankien Dayo. A noter que cette centrale aura une capacité de 192MW, ce qui permettra enfin à la Jirama de disposer d'un approvisionnement en électricité largement supérieur à la demande actuelle.

Guichet unique. Malgré cet engagement de la BAD de privilégier Madagascar avec le FAD (Fonds africain de développement) destiné à soutenir les pays en difficulté et le fonds Africa50 pour soutenir le secteur privé, la Grande Ile n'a pas encore accès au Guichet unique de la BAD, suite à la crise de 2009. D'après les explications, cette situation a été causée par la dégradation de certains indicateurs liés au secteur social, au domaine environnemental, à la gouvernance, etc.

Selon l'économiste Tankien Dayo ce problème pourrait, fort probablement, être résolu à la prochaine évaluation qui permettra d'actualiser ces indicateurs. Il a ajouté que pour le secteur privé, les financements que la Grande Ile ne sont pas limités, tant qu'il y a des projets bancables. Bref, le Groupe de la BAD continuera encore de marquer sa forte présence dans le processus de développement de Madagascar, qui sera certainement d'ici à quelques années, un pays émergent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.