Centrafrique: Les délégations en route pour le grand dialogue national sous l'égide de l'UA

Les délégations de chefs de groupes armés mais aussi les représentants du gouvernement sont parties mardi 22 janvier de Centrafrique pour Khartoum où a lieu le 24 janvier l'ouverture du grand dialogue national centrafricain tant attendu, sous l'égide de l'Union africaine.

C'est l'effervescence devant le carré VIP de l'aéroport. Ils sont nombreux à avoir répondu au rendez-vous. Parmi eux, le chef du groupe armé RJ, Armel Sayo, qui assure de sa bonne volonté dans ce processus : « Notre disponibilité a été marquée déjà par l'adhésion à ce processus DDR. C'est ce qui se réaffirme maintenant par notre présence pour le forum de Khartoum. Le seul souhait que nous attendons nous le disons bien; au retour de ces assises, c'est que le vivre ensemble soit obtenu et qu'une voie de sortie définitive de crise soit scellée. »

Un processus entamé avec 14 groupes armés. Ils ont rendu leurs revendications au panel de l'Union africaine en préalable à l'ouverture du dialogue.

Mais il existe encore des inconnues quant à la présence de certains leaders à Khartoum. Firmin Ngrebada, ministre d'Etat et directeur de cabinet du président Touadera : « Aujourd'hui, la démarche c'est de leur dire quelles sont les réponses que le président de la République apporte aux revendications exprimées par les groupes armés. Mais si certains groupes ne viennent pas, comment nous allons faire ? C'est ça la problématique. Donc notre vœu c'est que tous les groupes armés soient présents pour qu'ensemble nous puissions voir qu'est-ce qu'on peut faire ensemble dans le cadre de la recherche de la paix, la réconciliation nationale chère au pays. »

Un dialogue national qui intervient alors qu'environ 80% du territoire est aujourd'hui aux mains des groupes armés et que des incidents et des combats sont encore réguliers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.