22 Janvier 2019

Burkina Faso: Le Bantaaré, ... Nous Vaincrons !

Yirgou c'est pas fini. Yirgou restera gravé dans nos mémoires jusqu'à la fin des temps. Mais ne Faso ne s'arrêtera pas. Autrement ce serait inciter les territoires à ajouter de la satanerie à la satanerie.

Pas question. Aux Elucus ! Et même qu'il y aura des élucubrations élucubrantes aujourd'hui. Plus élucubrants que les élucubrations de mardi passé et moins élucubrantes que les élucubrations du mardi prochain mais accordez-moi quelques lignes pour me permettre de remercier mon médecin, le professeur Alain Bougma. C'est d'accord ?

Vous savez ce que c'est que d'être enculé ? NON ? Moi je sais mais je ne vous le dirai pas. Ils pourraient me traiter de Goujat. Ces gens bien qui me font l'honneur de me lire.

Professeur, je vous remercie grandement. Je ne savais pas qu'on pouvait être un médecin de votre rang et être si aimable. Maintenant que je l'ai échappé belle, puis-je vous dire quelque chose ? Voilà ... Professeur, vous n'y êtes pas allé de main morte avec mon Q.

Fort heureusement c'était sans douleur. Et même que par moment ça me chatouillait. Encore une fois je dis merci. Et que le Seigneur fasse que vous n'ayez jamais à faire au FORTRANS. Le FORTRANS vous le prescrivez, mais vous ne savez pas ce que C'est. Pouah ! Rien à voir avec le gnontoro.

La Radio vient de m'annoncer la nomination d'un premier ministre. Trop tard. Les élucus sont déjà bouclées. Je ne peux plus ajouter ou ôter une virgule. Ni un "OI" Ni un "Û ". Ce sont mes Mochichinoutes qui aiment dire ceci :

- Roch ne nous écoute pas. Nous lui parlons tous les jours mais il ne nous dit jamais c'est "OI" c'est "O" c'est "i". Il ne nous dit même pas c'est blanc, c'est noir.

Chers amis, soyez toujours gentils. Permettez-moi encore de féliciter Achille Tapsoba qui vient d'inventer cette belle phrase avant les gaulois : « Autant en emporte l'Harmattan... » Que c'est beau !

Un nouveau premier ministre. Ouf ! Nous allons pouvoir souffler un peu.

Burkinabé, 20 millions de Burkinabé, 20 millions de Siaka Coulibaly. 20 millions de Burkinabé, 20 millions d'Abdoul Karim Saïdou. 20 millions de Burkinabé, 20 millions de Nakibeugo. Chacun y va de sa supputation. Chacun sait qui est la solution pour le Faso quand ce n'est pas lui-même la solution.

Le moins qu'on puisse dire c'est qu'on attendait la nomination du Premier Ministre. Nous avons entendu des vertes et des pas mures. C'est curieux comme ici au Faso nous aimons tant les situations de crise entrainant la démission du premier ministre et de nouveaux ministres.

Vous verrez que dans 6 mois nous allons encore en redemander. Avec la même rengaine : Ce gouvernement, tous des incapables. Nous en voulons un autre.

Ce qui m'a toujours étonné, c'est cette volée de bois assenée quotidiennement au Ministre Jean-Claude Bouda au motif qu'il n'est pas à sa place parce qu'au Ministère de la défense face au péril terroriste il faut absolument un militaire.

C'est un argument qui ne pèse pas lourd. Comparaison n'est pas raison mais le cas de la France peut servir d'exemple au peuple. Le Ministre actuel en charge des armées, non seulement n'est pas un militaire, c'est en plus une dame.

Avec tout le respect que je dois à la gente féminine, On peut ne pas être Général et être un bon sesecurverante pour user d'une expression à la mode.

Je vais vous dire. Je sais qui je suis. Je suis élucubreur, l'école du Bantaaré. Je n'ai jamais tenu un pistolet. Mais je peux être un bon ministre de la Défense : Je m'entourerai de généraux, de colonels, de capitaines.

Avant toute prise de décision je les consulterai individuellement puis collectivement. Ainsi je choisirai la meilleure stratégie.

Si c'est la situation sécuritaire qui impose que nous ayons un ministre de la Défense militaire, autant nommer un militaire au poste de Premier Ministre et dans la foulée un gendarme Ministre de la Sécurité.

Pour tout boucler, il ne faut pas perdre de vue que le Général Ministre devra être un Militaire du grade le plus élevé, pas un colonel encore moins un capitaine qui ne pourrait pas donner des ordres aux militaires de grade supérieur.

Burkina Faso

Visite d'une délégation de l'ONU pour évoquer l'insécurité

La sécurité au centre d'une visite au Burkina Faso d'une délégation des Nations unies. Les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.