Tchad: Nouvelle grogne chez les étudiants à Ndjamena

Les étudiants tchadiens protestent contre la fermeture des inscriptions à l'université de Ndjamena pour l'année 2017-2018. Jusque-là, il était possible pour des étudiants de payer leurs frais d'inscription un an après la fin de l'année d'étude. Le rectorat a décidé de réduire ce délai et les étudiants qui n'avaient pas pu payer les frais d'inscription, notamment en raison de la coupe de leur bourse d'études décidée par le gouvernement dans le cadre des mesures d'austérité, se voient redoubler d'office.

Avec des affiches « non à une année blanche » dans les mains, une quarantaine d'étudiants ont protesté contre la clôture des inscriptions universitaires pour l'année 2017-2018.

Mathias Dourang Debin, porte-parole de l'Union nationale des étudiants du Tchad (Unet) explique: « C'est pour la toute première fois au Tchad que les inscriptions sont imposées aux étudiants. Brutalement, le conseil rectoral fait une note de service pour suspendre toutes les inscriptions. Et tous ces étudiants qui n'ont pas eu la possibilité de venir s'inscrire avant les délais butoirs verront les résultats systématiquement supprimés. Les étudiants sont des gens qui n'ont pas d'argent. Il faut que ces décisions s'adaptent à la réalité des étudiants ».

Le rectorat a reporté plusieurs fois la clôture des inscriptions pour permettre aux étudiants les plus défavorisés de s'inscrire. Pour Madjindaye Yambaïdjé, secrétaire général de l'université de Ndjamena, la loi est claire : « Dès lors qu'un étudiant n'arrive pas à s'inscrire, il n'est pas étudiant. Mais certaines facultés ont accepté que ces étudiants composent ce qui est tout normal au regard de nos textes. Autrement dit, leurs résultats, pour ceux qui les ont au titre de l'année 2017-2018, sont annulés ».

Selon le rectorat, près de 1 000 étudiants, sur les 12 000 que compte la capitale, n'ont finalement pas pu s'inscrire pour l'année universitaire passée.

Selon le rectorat, il était nécessaire de limiter dans le temps les inscriptions. Car avant les étudiants pouvaient s'inscrire toute l'année, « même ceux qui n'avaient pas composé ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.