Ile Maurice: Examens - Ces jeunes bloqués au niveau du SC

L'obligation de décrocher quatre credits, puis cinq à partir de la cuvée 2019, aux examens du School Certificate (SC) pour pouvoir monter en Grade 12 (ex-Lower VI) pose problème pour certains. Trois jeunes affectés par ce critère se confient.

Navesh Newoor est âgé de 16 ans. Il arrête ses études pour réaliser son rêve qui est de travailler sur des bateaux de croisière comme valet de chambre. Il nous explique que cette année, il devrait faire le SC, mais il pense qu'il lui sera difficile d'obtenir cinq credits. «Je sais que je suis faible, je connais mon niveau», justifie l'adolescent. Il précise que ses parents n'y ont aucune objection et qu'ils le soutiennent car ils financent ses cours en hôtellerie.

Vansheeka Gundoola, âgée de 18 ans, confie qu'elle a obtenu deux credits. Elle voulait refaire le SC mais comme elle devrait s'acquitter des frais d'examens cette année du fait qu'elle redouble, ses parents n'auront pas la possibilité de trouver cet argent. «J'ai toujours voulu être professeur de Hinduism, mais je pense que le destin ne me le permettra pas. Cependant, mes parents m'ont conseillée d'apprendre un métier et je trouve que travailler comme esthéticienne me convient.» La jeune fille a décidé de suivre des cours dans ce domaine au Mauritius Institute of Training and Development. Elle a déjà soumis une demande à l'institution.

«Je connais mes capacités et je sais que je ne pourrais jamais décrocher quatre credits», déclare Shiksha Jeetun, âgée de 20 ans. Elle n'a pas attendu ses résultats du SC pour commencer à travailler comme cuisinière dans un hôtel du Sud. «Effectivement, je n'ai obtenu que deux credits lors des derniers examens.» Shiksha Jeetun fait ressortir qu'elle a toujours voulu être chef dans un grand hôtel. «J'adore mon métier. J'espère juste que ne pas avoir un certificat de SC ne deviendra pas un obstacle à l'avenir.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.