Ile Maurice: Critères d'admission en Grade 12 - «Lépep pa pé dakor ek sa»

«Lavénir nou zanfan an danzé», «3 credits ki nou pé oulé», «Lavénir nou zanfan avan tou»... C'est pancartes en main que les membres de la plateforme Debout Citoyen a manifesté devant le Parlement, ce mercredi matin 23 janvier. Leur revendication : que le ministère de l'Éducation revoie les critères concernant l'admission en Grade 12 (ex-Lower 6).

Selon les membres de la plateforme, l'obligation de décrocher cinq credits, aux examens du School Certificate (SC) pour pouvoir être admis en Grade 12 pose problème pour certains. «Lépep pa pé dakor ek sa», avance Louis Eddy Joson, président de Debout Citoyen.

Steve Obeegadoo avait, lui, déclaré lors d'une conférence de presse de la plateforme militante qu'«aussi longtemps que le gouvernement n'a pas d'alternative, il ne peut exclure des enfants.» En changeant les règles pour accéder au Higher School Certificate (HSC) - 4 et 5 «credits» cette année et 5 «credits» en 2020 -, «ki gouvernman inn prévwar? Si ou pé sanz bann régléman, fodé donn lot posibilité», avait-il déclaré.

De son côté, Vasant Bunwaree, ancien ministre de l'Éducation est d'avis que cette mesure fera que moins d'étudiants opteront pour des études supérieures. «Le gouvernement décide de rendre gratuites les études supérieures. Mais parallèlement, il ferme la porte pour y accéder.» Ce dernier dit regretter que sa décision de ramener le nombre de credits à trois pour accéder en Lower VI ait été revue. «Parmi ceux qui avaient obtenu trois credits, des centaines étaient diplômés. On ne peut pas parler d'échec. Au contraire.» Il estime que les conséquences seront catastrophiques pour ceux qui seront «pénalisés».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.