23 Janvier 2019

Guinée: Conakry - Ouverture de la réunion annuelle des douanes

La réunion annuelle des Douanes guinéennes a été ouverte ce mardi 22 janvier 2019 à Conakry, en présence de plusieurs personnalité du pays. Ces soldats de l'économie guinéenne venus de l'intérieur du pays et la zone spéciale de Conakry, échangeront du 22 au 24 janvier sur plusieurs questions liées à l'administration douanière.

Devant ses hommes en uniforme qu'il dirige, le Directeur Général des douanes Toumany Sangaré, a précisé qu'aujourd'hui au-delà des objectifs qui ont été assignés à la douane, ils ont la préoccupation d'abord de revoir et de faire une analyse critique de leurs forces et de leurs faiblesses durant l'année 2018.

Pour pouvoir les corriger pour l'année 2019. « Donc, la réunion annuelle va essentiellement porter sur l'analyse des résultats de année 2018 et cela va nous permettre de nous projeter l'année 2019, dans l'atteinte des objectifs ».

Selon lui, en 2018, la loi des finances avait assigné à l'administration des douanes une prévision de « six mille quatre cent milliards de nos francs. Et, aujourd'hui globalement elle a réussi à mobiliser près de sept mille cent milliards.

Sur le plan quantitatif, les objectifs ont été atteints. Mais, sur le plan structurel des reformes sont en cours. Il y a des objectifs qui n'ont pas pu être mené et c'est ce que nous allons évaluer durant les quatre jours de réunions ».

Poursuivant son intervention, le DG de la douane a fait savoir qu'un plan d'action c'est une prévision c'est-à-dire au fur à mesure qu'on évalue, il y a le plan d'action qui est modifié en tenant compte des besoins.

« Il y a certaines des actions qui n'ont pas pu être menés compte tenu des contraintes externes. Et, ses actions nous allons les reprogrammer pour voir comment, il faut arrivée à le faire.

Si pour le moment encore elles sont indispensables à la réforme de notre administration. Si elles ne sont pas indispensables on essaye de changer avec d'autres actions », a souligné le DG des Douanes.

D'après le premier responsable de l'administration des douanes, la douane est un instrument de facilitation du commerce, elle permet de faciliter les échanges pour ceux qui font le commerce, l'industrie, le secteur minier qui sont des privés.

Donc, il faut conformément à la vision du chef de l'État, Alpha Condé, renforcer le partenariat entre le publique et le privé.

Pour lui, c'est dans ce cadre que le chef de l'État a instruire au ministre du budget de demander à la douane de se rapprocher davantage des usagers qui sont les secteurs privés.

Dans cette même lancée, il a dit que les grandes lignes des douanes pour l'année 2019, c'est la poursuite de l'automatisation de la procédure, le dédouanement, chercher à dématérialiser la procédure de dédouanement, donc, ça sera la douane sans papier en 2019.

« Nous allons également dématérialiser la procédure de payement des droits de douanes à la Banque Centrale ce qui a déjà commencé.

D'ailleurs tout le payement ce fait maintenant par virement. Cela permet aujourd'hui à la douane et aux usagers de gagner en temps.

Et, vous aller voir très bientôt avec ce système de payement par virement, il n'y aura plus de surcharge sur les marchandises au port. Nous allons continuer à informatiser d'autres bureaux notamment à l'intérieur du pays.

Et, nous allons moderniser le système de transite par la géolocalisation des marchandises », rassure le directeur général des douanesToumany Sangare.

Plus loin, il a abordé la question de la loi des finances nous a assigné: « sept mille huit cent milliards c'est ce que l'Assemblée à voter et c'est ce que la douane guinéenne doit apporter au budget national en 2019 ».

Guinée

Forum du secteur privé - Alpha Condé accuse les cadres du retard de la Guinée

C'est au lancement du forum du secteur privé lundi 22 juillet 2019 à Conakry que le président de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.