23 Janvier 2019

Guinée: L'hôpital préfectoral de Pita au cœur d'une polémique - Réponse de son directeur général

Des adolescents en provenance de Labé et en partance pour un complexe de détente situé à Pita en surcharge pondérale sur une moto ont fini leur course sous les roues d'un camion dans la nuit du samedi dernier.

Acheminés d'urgence à l'hôpital préfectoral de Pita pour une prise en charge, l'un des jeunes secouristes a indexé les agents de garde de leur avoir réclamé de l'argent pour prendre en charge les blessés dont un de vidait de son sang.

Pour l'accusateur, cette réclamation préoccupait tellement les agents que celui qui se vidait de son sang a rendu l'âme sans recevoir de soins.

Sur la question, joint au téléphone, docteur Pathé Barry a expliqué qu'à l'heure où les blessés ont été reçus, lui se trouvait à la mosquée et que c'est là le chef des urgences l'a trouvé pour le briffer et souhaiter que les patients soit d'urgence référés à Labé.

Mais pour le DH, il était mal inspiré de conduire sans garde-malade ou garantie des blessés dans un hôpital. Voilà ses motifs pour alerter le syndicat qui est venu s'engager et ramener les blessés à Labé.

« L'ambulance ne prends que 20 litres et même s'il en prenait 100, il ne me coûte rien de l'alimenter pour aller chercher un malade... » se défend le premier responsable de l'Hôpital préfectoral de Pita.

Également joint au téléphone, Samba »Deba » Bah, responsable syndical des transports a confirmé que le syndicat s'est chargé d'être la garantie pour rapatrier les blessés supportant même le coût de l'évacuation.

Pour Deba, il est clair qu'aucun agent n'a demandé un centime aux blessés.

Guinée

3e mandat - Le ministre de la défense aperçu dans une manifestation de soutien

L'assemblée générale hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel de ce samedi 20 avril 2019 a été… Plus »

Copyright © 2019 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.