23 Janvier 2019

Tunisie: Une plateforme numérique en gestation

En fait, parmi tous les projets de plateforme numérique attractive destinée à regrouper le million de diabétiques tunisiens et rassembler les données de leurs traitements, le concours se proposait d'en couronner un seul, mais les organisateurs et le jury ont fini par donner leur chance à deux projets jugés complémentaires. Des projets qui allient rigueur, ergonomie et aspects ludiques attractifs.

La compétition a pris la forme d'un Hackathon à la manière US, soit un partenariat entre ingénieurs et étudiants développeurs, appelé à sélectionner la meilleure application numérique pouvant motiver le plus grand nombre de diabétiques tunisiens à une noble action : les faire communiquer entre eux par le biais du web et échanger leurs expériences de traitement antidiabétique, chiffres à l'appui, afin de toujours mieux maîtriser leur diabète. Une sorte de Facebook pour diabétiques et diabétologues.

Il faut dire que les questions que pose quotidiennement le traitement du diabète et, plus, ses conséquences en termes de maladies secondaires, placent le malade dans une soif permanente d'informations et de petits détails sur l'efficacité de tel ou tel médicament, le «génie» de tel ou tel diabétologue, la signification de tel ou tel effet constaté qu'il soit dû au diabète ou au traitement... Car cette maladie frappe en douceur mais use en profondeur, mettant brusquement en péril reins, yeux, pieds, cœur et vaisseaux sanguins...

Organisée à l'Ecole polytechnique, la compétition a mis en présence une sélection de onze projets qui ont vite mis en exergue quatre d'entre eux qui seront évalués techniquement en tant que véritables plateformes en développement. Et c'est dans les exigences soulevées à ce niveau par les équipes polyvalentes du jury que le verdict est tombé, retenant les deux vainqueurs : un groupe polyvalent de quatre étudiants en fin de cycle conduits par Safwen Lâdhari, ingénieur informaticien qui vient de brandir son diplome, et deux économistes en formation post-graduate en informatique, Azer Goraï et Houssem Eddine Hrissi. Soit les plateformes Diabmeeties et Diachain.

La première est une plateforme interactive ramifiée qui permettra de faciliter les échanges et le partage d'expériences entre les diabétiques. Diabmeeties permettra donc l'organisation de rencontres entre diabétiques, ainsi que la participation à ces «meetings» grâce à une monnaie virtuelle créée au sein de l'application et qui permet d'obtenir des bons d'achat auprès de plusieurs partenaires.

La seconde, c'est Diachain, une plateforme qui permet l'échange des données et des informations sur la conduite des traitements des patients diabétiques. La plateforme favorise le bon choix du traitement en partenariat avec le médecin traitant, dont la décision pourra tirer profit du croisement de la masse d'informations qui sera disponible sur la plateforme. Ce second projet étant concentré sur des aspects ludiques attractifs comme les jeux, concours et tirages au sort.

A noter que les deux projets profiteront d'une année pleine de développement afin de les intégrer en une seule borne digitale et de garantir une utilisation en tout anonymat et en toute sécurité.

La Tunisie dépense beaucoup d'argent dans la prise en charge de ses diabétiques, mais elle manque de visibilité quant aux effets de l'investissement consenti. Car, malgré tous les efforts, les informations sur notre diabète manquent et sont mal exploitées et analysées.

A contrario, la borne digitale permettra de collecter en permanence un stock de données statistiques accessibles. Ce qui permettra au malade et à son médecin de consolider leurs capacités face au diabète et à ses conséquences. Sachant que la Cnam et l'ensemble de notre système de santé pourront puiser aisément des conclusions utiles pouvant améliorer la gestion future de cette maladie pernicieuse dont la prise en charge évolue en permanence au diapason de la recherche médicale et pharmaceutique. Cela permettra d'améliorer le quotidien du malade et son espérance de vie. A condition de songer à mettre sur pied un cadre juridique adapté qui soit évolutif et sache incorporer les nouvelles perspectives qu'offre la recherche en matière de traitements innovants et de prévention efficace.

Tunisie

Oussama Haddadi - Le Tunisien blessé à une cheville

C'est sans Oussama Haddadi que le Dijon FCO, barragiste, a réalisé une belle opération dans le bas… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.