Angola: La Cour suprême interroge Monthita Pribwai

Luanda — La Cour suprême interroge ce mercredi l'accusée Monthita Pribwai, épouse du co-accusé Raveeroj Ritchoteanan, le premier à avoir été entendu dans l'affaire "Burla Tailandesa" (Escroquerie thaïlandaise), une tentative de fraude à l'encontre de l'État angolais de 50 milliards de dollars, jugée à la première chambre criminelle.

Selon le porte-parole du procès, le juge Lourenço José, le groupe des magistrats souhaite donner la priorité à l'audition des accusés étrangers, notamment quatre Thaïlandais, un Canadien et un Érythréen.

Dans cet alignement, c'est la compréhension du porte-parole, que soit entendue l'accusée Monthita Pribwai.

La session de mardi (22) a été marquée par l'acceptation de l'envoi d'une lettre rogatoire à la Banque centrale des Philippines, afin de vérifier l'authenticité du chèque de 50 milliards USD.

La mesure est basée sur une demande de l'avocat Carlos Salumbongo lors de l'audience de mardi, jour de la clôture de l'audience de Raveeroj Ritchoteanan, dans le cadre de l'affaire 001/18.

Les juges Domingos Mesquita, Daniel Modesto et Aurélio Simba sont en charge du procès de l'affaire "Burla Tailandesa", avec 38 répondants.

Parmi les accusés se trouvent l'ancien directeur de la dissoute Unité technique pour les investissements privés (UTIP), Norberto Garcia, trois autres Angolais, quatre Thaïs, un Canadien et un Erythréen.

Tous sont accusés par le ministère public d'avoir commis des crimes de falsification de documents, de fraude, d'association de malfaiteurs et de blanchiment de capitaux.

Geraldo Sachipengo Nunda, ancien chef d'état-major des forces armées angolaises (FAA), a étét exempté de l'affaire, au stade de l'instruction contradictoire (dossier pénal utilisé pour évaluer le degré de culpabilité de l'accusé, avant le jugement).

Le projet a été dévoilé en 2017 lorsque des investisseurs thaïlandais présumés, avec la prétendue complicité de citoyens nationaux, ont tenté de "tromper" l'État angolais.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.