23 Janvier 2019

Sénégal: Saint-Louis - Inhumation des 4 corps de pêcheurs rapatriés du Cap-Vert

La communauté de pêcheurs de la langue de barbarie, à Saint-Louis, a procédé, hier mardi, à l'inhumation des 04 corps des pêcheurs rapatriés du Cap-Vert dans la soirée du lundi 21 janvier. Ils sont tous originaires de cette localité et reposent désormais au cimetière Thiaka Ndiaye de Guét-Ndar.

Occasion saisie par les représentants des familles de victimes pour réclamer la démission du ministre de la Pêche et de l'Economie maritime, Omar Gueye.

Les nombreuses pertes en vies humaines chez les pêcheurs continuent sans cesse de hanter le sommeil des habitants de la langue de barbarie, à Saint-Louis.

Ces derniers viennent en effet d'inhumer 04 des leurs ayant perdu la vie aux larges des côtes du Cap-Vert. Ce qui porte à 12, le nombre de pêcheurs morts en l'espace seulement d'un mois, selon ces derniers très remontés contre leur ministre de tutelle.

"Le ministre Omar Gueye devrait tout simplement démissionner de son poste car il est incapable de gérer ce secteur. Nous, acteurs de la pêche, réclamons son départ avant même la présidentielle.

Il est regrettable qu'en un mois, nous ayons eu 12 morts", a martelé le porte-parole des familles de victimes, par ailleurs membre du Comité Dialogue Social - Pêche - Aquaculture, Cheikh Sidaty Ndiaye.

Ainsi l'État est encore interpellé afin que pareilles situations ne se reproduisent plus. Et le porte-parole de poursuivre, en précisant que ces 12 morts sont en quelque sorte les 04 corps retrouvés à Praia au Cap-Vert, les 04 autres pêcheurs heurtés par un bateau, les 03 corps restés introuvables et un pêcheur qui a eu des problèmes avec un filet en haute mer.

"Au vu de tout cela, il est clair que notre ministre a vraiment failli à sa mission. Il est temps que le président de la République revoit cette situation et qu'on nous retourne dans l'ancien système à savoir la mise à disposition des bateaux ramasseurs jadis appelés "la Saint-Louisienne de Pêche".

Des propositions faites, hier mardi, à l'occasion de la cérémonie d'inhumation des 04 corps des pêcheurs que sont Mankeur Fary Niang, le capitaine de la pirogue, Iba Fall, Maguette Dieye et Bounama Ndiaye, le benjamin de l'embarcation. Tous sont originaires de la langue de barbarie.

POUR RÉDUIRE LES PERTES EN VIES HUMAINES CHEZ LES PÊCHEURS : L'acquisition des puces traceurs à géo localisation satellitaire préconisée

C'est une solution qui viendra certainement renforcer les normes et règles que les pêcheurs sont souvent invités à respecter strictement pour la préservation de leur sécurité. Il s'agit, en effet, pour l'État d'imposer aux acteurs de la pêche d'acquérir, pour chaque pirogue, des puces traceurs à géo localisation satellitaire.

Une proposition faite Babacar Gaye, un pêcheur et également fils de pêcheur. Selon le natif de la langue de barbarie, l'État devrait tirer toutes les leçons des nombreuses pertes en vies humaines chez les pêcheurs. "Le Gouvernement devrait, à partir de la disparition répétitive de pêcheurs, imposer à cette communauté l'acquisition de puces traceurs à géo localisation satellitaire.

Il faut qu'on utilise les nouvelles technologies et que ces puces soient subventionnées par l'État, à l'image des moteurs, des gilets et le carburant", a insisté Babacar Gaye, tout en précisant que ces puces permettraient de retrouver les pirogues disparues parce que traçables pendant au moins un à deux mois.

Mais, selon lui, cette solution ne peut s'accompagner que de la dotation des différentes villes côtières d'hélicoptères afin d'aller secourir les pêcheurs dès les premières heures de disparition.

Cette solution, une fois ajoutée au respect par les pêcheurs des mesures de sécurité telles que le port du gilet de sauvetage et les infos provenant des services de la Météo, permettrait de sauver des vies.

Sénégal

Arrestations de noirs dans le pays

Les autorités affirment avoir arrêté des "étrangers" qui voulaient destabiliser le pays.… Plus »

Copyright © 2019 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.