Ile Maurice: Appareil de dialyse «pas en panne» - Carton rouge de Von-Mally à Roussety

L'appareil de dialyse de l'hôpital de Crève-Cœur n'était pas en panne. Ce sont les filtres qui présentaient un dysfonctionnement. Ce qui a nécessité que 25 patients soient transférés à Maurice pour suivre leur traitement.

L'explication donnée par le commissaire de la santé, Simon Pierre Roussety, face à la presse hier, mardi 22 janvier, n'a pas convaincu Nicolas Von-Mally. D'ailleurs, pour le leader du Mouvement rodriguais (MR), Simon Pierre Roussety «s'est auto-octroyé un carton rouge». Il va même plus loin. «Le commissaire de la santé is not the right man at the right place.» Raison pour laquelle il réclame sa démission.

«Il n'y a pas longtemps, à l'hôpital de La Ferme, un ventilateur s'est détaché et est tombé sur deux patients à cause des problèmes de maintenance.»

D'autant que «adding insult to injury, maintenant on a l'impression que la commission de la santé n'a plus de respect pour les morts !» s'insurge Nicolas Von-Mally. Il fait référence au fait que les deux seuls canapés réfrigérants qui se trouvent à l'hôpital de Crève-Coeur sont en panne. «Donc les personnes qui décèdent sont laissées dans les salles à l'hôpital. Où donc allons-nous dans ce pays !» fulmine-t-il.

Cette situation serait due à l'absence d'entretien des canapés réfrigérants, affirme Nicolas Von-Mally. «Il y a toujours des problèmes de maintenance dans les hôpitaux», ajoute-t-il. Il cite en exemple l'incident survenu il n'y a pas longtemps à l'hôpital de La Ferme, où «un ventilateur s'est détaché et est tombé sur deux patients à cause des problèmes de maintenance».

Le leader du MR est catégorique. «Gouverner c'est prévoir. Quand donc vont-ils se réveiller ? Quand toute la population aura été décimée à cause de leur incompétence ?» Il est clair, fait-il remarquer que le commissaire de la santé «n'est pas au courant de ce qui se passe».

Autre sujet abordé lors de sa conférence de presse hier, le manque d'eau. En décembre dernier, fait-il valoir, le commissaire des ressources en eau avait annoncé qu'il n'y aurait pas de problème d'eau en 2019. «Il a parlé trop vite. Il y a un problème d'eau aigu dans l'île. Beaucoup d'habitants du village de Terre-Rouge doivent s'acheter des citernes d'eau car ils ne sont pas approvisionnés depuis plus d'un mois et demi», dénonce Nicolas Von-Mally.

Dans la foulée, le leader du MR dit ne pas comprendre comment sont gérés les reversoirs. Dans certains, dit-il, on a retrouvé des animaux morts. D'insister sur le fait qu'il est important de protéger les sources et points d'eau.

«Gouverner c'est prévoir. Quand donc vont-ils se réveiller ? Quand toute la population aura été décimée à cause de leur incompétence ?»

Tout comme il est important de préserver la santé des habitants. Notamment ceux qui habitent à proximité du dépotoir de Roche-Bon-Dieu. «Année après année, les habitants de la localité ainsi que les enfants de l'école primaire de Roche-Bon-Dieu respirent la fumée émanant du dépotoir. C'est un risque sérieux pour la santé.»

Déplorant le manque de volonté pour remédier à ce problème, Nicolas Von-Mally soutient que quand le MR était au pouvoir, un broyeur avait été acheté au coût de plus de Rs 4 millions «pour broyer les matières organiques qui ne doivent pas atterrir au dépotoir. Où se trouve ce broyeur et a quoi sert-il aujourd'hui ?»

Il demande aux habitants de la région d'intenter une action au tribunal contre le gouvernement car il va de leur santé. «C'est de l'irresponsabilité. Et ils ont le culot de parler d'une île écologique. C'est cela l'île écologique ? »

Cinq credits au School Certificate: Von-Mally «préoccupé»

Combien d'élèves rodriguais ont obtenu quatre ou cinq credits aux examens de School Certificate ? On n'en sait rien car il n'y a pas de statistiques à Rodrigues, indique Nicolas Von-Mally.

Une situation qui préoccupe le leader du MR. D'autant qu'à partir de cette année, quatre credits sont obligatoires pour accéder au grade 12 (ex-Lower VI) et cinq credits en 2020. «Sans statistique on ne peut pas prévoir. Le commissaire de l'éducation doit suivre la situation de près afin de voir quels sont les problèmes auxquels font face les élèves et les parents.»

Il en prévoit d'ores et déjà un. «Beaucoup d'élèves vont redoubler et leurs frais d'examens ne seront pas pris en charge par l'État.» C'est pourquoi Nicolas Von-Mally demande à l'Assemblée régionale de Rodrigues de s'en occuper. Au cas contraire, «beaucoup d'élèves seront déscolarisés faute de moyens financiers pour pouvoir poursuivre leurs études».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.