Algérie: Violence - Des responsables de club approuvent la démarche de la LFP

Alger — Des responsables de club ont approuvé mercredi la décision de la Ligue de football professionnel (LFP) d'obliger les pensionnaires des deux Ligues professionnelles d'installer des comités de supporters, dans le cadre de la lutte contre la violence dans les stades.

"Il s'agit d'une disposition réglementaire qui devait être appliquée déjà depuis longtemps, soit depuis l'instauration du professionnalisme en 2010.

Alors pourquoi la LFP a mis tout ce temps-là pour obliger les clubs à se doter d'un comité de supporters ?", s'est interrogé le directeur général du CR Belouizdad, Saïd Allik.

"C'est une preuve que le professionnalisme en Algérie a été initié dans la précipitation. Mais vaut mieux tard que jamais, a ajouté Allik à l'APS.

C'est une bonne initiative qui a pour but de lutter contre la violence. Ces comités de supporters doivent passer à l'action et ne pas se contenter d'un rôle de simple figurant. On a beau entendre parler des comités de supporters, mais ils n'ont pas joué leur role par le passé".

Dans une correspondance adressée aux clubs, la LFP a relevé l'obligation pour chaque équipe de se doter d'un comité de supporters "comme prévu dans l'article 201 de la loi N.13-05 du 23 juillet 2013, relative à l'organisation et au développement des activités physiques et sportives qui stipule que les clubs et associations sportives organisant des manifestations sportives sont tenus de mettre en place des comités de supporters".

"Au niveau du CRB, nous devons bien évidemment nous soumettre à cette directive. Une coordination doit se mettre en place pour permettre à ces comités de réussi dans leur mission", a indiqué encore Allik.

Saoura a une "longueur d'avance" 

S'il y a des clubs qui sont dans l'obligation désormais de se conformer à cet article contenu dans le cahier des charges relatif au professionnalisme, d'autres, en revanche, n'ont pas attendu cette instruction de la LFP pour passer à l'action. C'est le cas de la JS Saoura.

"Nous avons déjà une longueur d'avance sur les autres. Le comité de supporters a été installé chez nous dès la création du club en 2008, c'est une structure qui est en train de faire son travail admirablement", s'est réjoui le DG du club, Hamlili Mamoune.

Avant d'enchainer : "La lutte contre la violence dans les stades ne devrait pas se limiter uniquement à la simple installation d'un comité de supporters. D'autres éléments entrent en jeu pour éradiquer ce phénomène, à titre d'exemple la garantie de la fluidité de l'accès et la sortie des supporters du stade".

Quatre-vingts (80) cas de violence ont été enregistrés dans les stades de football durant la phase aller de l'actuelle saison, selon des statistiques dévoilées par le directeur de la Sureté publique, le controleur de police Aïssa Naïli, au cours d'un point de presse tenu le 13 janvier dernier.

Selon le meme responsable, ces actes de violence ont été enregistrés à l'occasion des rencontres de Ligue 1 de football (28 cas), Ligue 2 (8), division amateur (13), Coupe d'Algérie et rencontres internationales (12) ainsi que 19 cas signalés dans les paliers inférieurs (régionaux et de wilaya). En parallèle, les services de l'ordre ont arreté 726 personnes dont 82 mineurs, alors que 198 individus ont été présentés devant la justice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.