23 Janvier 2019

Afrique: Coupe de la CAF - AS Otoho peut s'en sortir selon son entraîneur

Alou Badra estime que son équipe peut tirer son épingle du jeu dans le groupe A, d'autant plus que les trois formations marocaines qui partagent ce groupe avec elle ne sont pas invincibles.

Le hasard du tirage au sort de la phase de poules de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) loge le représentant congolais dans le groupe A avec pour adversaires : Hassania Agadir, RS Berkane et Raja de Casablanca (tenant du titre). « Les différentes équipes que j'ai vues ne sont pas faciles à jouer, on a rien à perdre. Nous cherchons à rester dans l'histoire. On va jouer notre chance contre les trois clubs maghrébins. On va se déplacer trois fois au Maroc puis nous recevrons également trois fois. Nous devrons jouer crânement notre chance.

Le Raja a remporté la coupe l'année passée, Primeiro d'Agosto était demi-finaliste mais on l'a éliminé. Chaque saison a ses réalités. On n'a pas peur, les Maghrébines font le maximum chez eux et ferment au retour, donc on connaît déjà les stratégies et il faut juste être calculateur pour être prêt », a indiqué Aliou Badra Diallo, l'entraineur d'As Otoho.

Pour cette phase de poules, AS Otoho entrera en compétition à la maison. Le 3 février, les poulains d'Alou Badra recevront la Renaissance sportive de Berkane tandis que lors de la deuxième journée, le 13 février, ils feront le déplacement du Maroc pour en découdre avec Raja de Casablanca. Le 24 février, le représentant congolais sera reçu par Hassani d'Agadir pour boucler la phase aller.

En attendant d'amorcer cette phase de poules, AS Otoho se contente des rencontres du championnat national d'élite ligue 1 pour se mettre en jambes.

Afrique

Démocratie en Afrique de l'Ouest : le tournant décisif ?

ABEOKUTA/MUNICH/FREETOWN/LILONGWE - La décision de reporter l’élection présidentielle au… Plus »

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.