Centrafrique: Les enjeux de la réunion de Khartoum

Photo: Wikipedia
Khartoum, Sudan

Le grand dialogue national centrafricain s'ouvre ce jeudi à Khartoum, au Soudan, entre les groupes armés et le gouvernement, sous l'égide de l'Union africaine. Il aura fallu plus d'un an et demi pour réussir à réunir les différentes parties autour de la table. Un pas en avant, mais les difficultés à surmonter lors de ce dialogue restent nombreuses.

L'objectif de ce dialogue est d'obtenir un accord de paix avec des processus d'implémentation et de suivi. Si certains participants déjà engagés dans les programmes de désarmement assurent de leur bonne volonté, d'autres sont plus frileux. La participation de Nourredine Adam du FPRC et d'Ali Darass de l'UPC n'était pas encore confirmée mercredi soir. Le climat de suspicion étant toujours très important.

En tout cas, le commissaire paix et sécurité de l'Union africaine, l'organisation qui chapeaute ces pourparlers, se félicite déjà de la présence de toutes les parties prenantes à ce processus, le gouvernement et les 14 groupes armés concernés.

L'enjeu est d'essayer de sécuriser un accord entre le gouvernement et les groupes armés pour réellement permettre à ces groupes armés de s'inscrire dans une autre trajectoire.

La marge de manœuvre pour les négociations est limitée pour les autorités. Aujourd'hui, les groupes armés sont en position de force : ils détiennent près de 80% du territoire et sont bien armés. Un rapport récent de The Sentry a révélé les richesses accumulées par Abdoulaye Hissene grâce au conflit. Quel intérêt pour eux de négocier ?

Enfin, parmi la centaine de revendications compilées des groupes armés, les plus importantes concernent l'amnistie ou l'autonomisation des régions de la Centrafrique. Des conditions difficilement acceptables sans fouler au pied les conclusions des consultations populaires du Forum de Bangui de 2015.

Je veux que la paix revienne dans notre pays parce qu'on a beaucoup souffert. Sans l'amnistie ça ne peut pas marcher. On est tous des Centrafricains, il n'y a rien de plus que le pardon.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.