23 Janvier 2019

Congo-Kinshasa: Me Yoko - "La concertation demeure la voie judicieuse pour faire valoir l'intérêt de la nation" !

"C'est maintenant que la vraie démocratie commence", a bramé dernièrement Me Yoko Yakembe lors d'une interview accordée au journal La Prospérité. Charriant une longue expérience, cet Avocat chevronné, digne fils de la Lomami, préconise, in fine, des concertations entre Cap pour le Changement et le FCC en vue de donner naissance à un Gouvernement d'une majorité élargie et d'union nationale.

Vérité sur le prochain Gouvernement

" Le peuple congolais a vidé son dernier souffle pour décrier le changement radical à la tête du pays, sans tenir compte du niveau national et provincial. Ainsi, il a choisi de faire table rase et rupture totale pour le choix du Président. Mais, il a été clément quant à l'élection des législateurs", indique l'actuel PCA de la Regideso qui ne mâche pas des mots pour marteler sur le fait que la majorité parlementaire a été raflée par le FCC, regroupement politique cher au Président sortant, Joseph Kabila. Pourtant, l'un des défis majeurs du prochain locataire du Palais de la Nation est" la mise en place d'un Gouvernement favorable à tous".

Selon Me Yoko, il n'est nullement question de s'apitoyer sur le sort du nouveau et prochain parlement, ni même de s'imaginer l'hécatombe, pour la suite, en défaveur du nouvel élu. A son humble avis, il faudrait, au contraire, se résilier et penser autrement. Le dialogue, le consensus et/ou l'appel à envisager une coalition a été lancé par ce sage, pour faciliter l'apport et l'implication de tous dans la gestion de la chose publique, aussi aboutir à une majorité élargie dans laquelle serait pioché le 1er Ministre ainsi que certains autres membres du Gouvernement. Cette manière de faire donnerait lieu, a renchéri le Me Yoko, à un vrai Gouvernement d'union nationale, libéré de toute influence du "régime tribale- sentimentale et/ou ethnique".

Dans tous les cas, a déclaré le Notable de la Lomami, il est dans l'intérêt de tous que les concertations se tiennent ; car la vraie démocratie commence maintenant. « Un Président sans majorité parlementaire, il faut dialoguer », dit-il, haut et fort.

Enchainant sa réflexion, Me Yoko présage une belle entente entre le FCC et le CACH et alliés. En ce terme, Kabila Joseph et Fatshi ont une histoire quasi-commune ; leurs pères, afferme-t-il, ont combattu pour la seule cause de la nation congolaise. Et de poursuivre que ceux-ci se sont investis pour faire du Congo, un empire. « Tshisekedi père et Mzee ont trouvé la mort en défendant la nation. Ces deux hommes s'identifient comme descendants de Lumumba, voulant, à tout prix, rebâtir la RD. Congo. Au vu et au su du décor planté, les deux grands hommes, tête d'affiches au sein de leurs partis politiques, pourraient donner lieu à l'accord magique », pressent-il.

In fine, renchérit-il, un accord politique permettrait de restructurer la majorité parlementaire pour en aboutir à une majorité plus élargie. Cependant, d'après Me Yakembe, cette entente serait réelle et plus prise en compte si elle était initiée par une personne influente et moralement considérée, sans qu'elle n'émane de l'ancien ou du nouveau Président.

Tout compte fait, les Congolais espèrent une ébauche de solution dans la suite des événements.

Congo-Kinshasa

Zacharie Bababaswe - « Le chanteur du « kikoso » va devenir un chanteur du casino de Paris »

Très investi dans la musique, le chroniqueur n'a de cesse d'y apporter une touche d'originalité. Dans cet… Plus »

Copyright © 2019 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.