Cameroun: Des centaines de milliers de personnes ont besoin d'une assistance urgente (ONU)

HCR/Catianne Tijerina
Au Cameroun, Des mères et des enfants centrafricains font la queue pour se nourrir au centre de réfugiés de Timangolo
24 Janvier 2019

Des centaines de milliers de personnes au Cameroun ont besoin d'une assistance et d'une protection de toute urgence, a déclaré jeudi la Coordonnatrice résidente et humanitaire des Nations Unies pour le Cameroun, Allegra Baiocchi, à l'occasion de la présentation avec le gouvernement camerounais du Plan humanitaire 2019 de l'ONU et de ses partenaires pour ce pays.

« Les attaques contre les civils se sont multipliées et de nombreuses personnes touchées par le conflit survivent dans des conditions difficiles sans assistance humanitaire en raison du financement insuffisant de la réponse », a expliqué la Coordonnatrice.

Allegra Baiocchi a appelé à faire de la situation au Cameroun une priorité. « Le Cameroun d'aujourd'hui ne peut plus être une crise oubliée », a-t-elle déclaré.

Selon l'ONU, les besoins ont augmenté de 31% en un an, environ 4,3 millions de personnes au Cameroun, soit une personne sur six et principalement des femmes et des enfants, ayant besoin d'une assistance.

Cette jeune femme de 38 ans a perdu son mari en République centrafricaine et a fui vers un camp de réfugiés au Cameroun avec ses cinq enfants.

L'aggravation du conflit, principal facteur de l'augmentation des besoins

L'aggravation du conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est le principal facteur à l'origine de cette augmentation, a souligné Mme Baiocchi.

Les attaques armées dans la région de l'Extrême-Nord et les nouveaux réfugiés en provenance de la République centrafricaine (RCA) ont également entraîné un plus grand nombre de personnes nécessitant de l'aide.

L'insécurité et la violence dans ces régions ont déraciné 437.000 personnes de leurs foyers et obligé plus de 32.000 d'entre elles à chercher refuge au Nigéria voisin.

Quatre millions de personnes sont touchées par le conflit dans l'ouest du Cameroun. En outre, en raison de la détérioration de la situation dans le nord-est du Nigéria, plus de 10.000 nouveaux réfugiés sont arrivés au Cameroun en 2018, ce qui porte à 100.000 le nombre de réfugiés nigérians.

« Nous reconnaissons l'ampleur des différentes crises auxquelles nous sommes confrontés et nous encourageons tous les acteurs à travailler en partenariat étroit pour répondre aux besoins des Camerounais et des populations que nous accueillons », a pour sa part déclaré la cheffe de la Division de la protection civile du Ministère de l'administration territoriale et de la décentralisation du Cameroun, Yap Mariatou, lors de la conférence de presse.

« Le gouvernement du Cameroun est responsable de la protection et du bien-être de sa population et a été au premier plan de la riposte avec ses partenaires nationaux et internationaux », a assuré la fonctionnaire camerounaise.

Le financement fait défaut

Le plan d'action humanitaire conjoint 2019 prévoit 299 millions de dollars pour venir en aide à 2,3 millions de personnes vulnérables, soit plus de la moitié des personnes dans le besoin.

L'ONU a toutefois signalé que le plan d'intervention 2018 pour le Cameroun s'élevant à 320 millions de dollars n'a été financé qu'à hauteur de 40%.

« Les besoins humanitaires vont probablement augmenter dans les années à venir », a déclaré Mme Baiocchi, s'inquiétant que les budgets consacrés à la réponse humanitaire aient rarement été suffisamment financés au cours des dernières années.

« Le sous-financement signifie que nous ne pouvons pas faire tout ce qui est en notre pouvoir pour faire une différence dans la vie des personnes les plus vulnérables au Cameroun, que ce soit la fille qui manque l'école à cause de la violence, la mère déplacée qui lutte pour nourrir ses enfants ou le père qui a perdu toute sa famille », a conclu la Coordonnatrice humanitaire de l'ONU pour le pays.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.